La récente annonce de Sony, qui a décidé de faire bande à part en retirant Spiderman du MCU, rappelle aux fans qu’une fois encore, ce sont les montants astronomiques exigés par Disney et sa filiale Marvel Studios qui ont enterré toute forme d’interaction avec le MCU.

Si Spiderman : Far from home a franchi le cap du milliard de revenus, le blockbuster de Sony a également coûté la bagatelle de 160 millions de dollars à produire, montant qui doublerait presque avec les frais de la campagne marketing qui a entouré la sortie du film.

Et à en croire les dernières informations récupérées par les sites spécialisés, faire partie du MCU aurait un coût pharaonique. Selon plusieurs sources, la nouvelle part exigée par Marvel grimperait à 30% des revenus, ce qui représenterait – dans le cas de Spiderman Far from Home – un montant d’environ 237 millions de dollars, soit près de deux fois plus que le budget du film. Dans ces conditions, on comprend mieux pourquoi Sony a préféré se retirer du MCU. D’autant plus que ses précédents films ont également rapporté gros, Venom et Into the Spider-verse ayant tous les deux franchi le cap des 500 millions de dollars de revenus.

Spiderman est une licence à l’aura unique et le personnage est sans aucun doute l’un des plus populaires du catalogue de Marvel. Rien de surprenant dès lors à ce que Sony en vienne à penser qu’il serait capable d’augmenter considérablement ses revenus sans collaborer avec Marvel. Certes, Spiderman sera déconnecté du MCU, mais les fans ne s’en rendront pas directement compte puisque l’acteur Tom Holland sera toujours de la partie. La seule différence fondamentale, c’est qu’il n’y aura plus d’apparition de personnages du MCU dans les films Spiderman, et très certainement inversément également.

Par le passé, la Fox était également parvenue à faire fonctionner son propre univers cinématographique avec les films X-men. Le géant du cinéma a toutefois été racheté par Marvel Studios – qui a mis fin à l’aventure X-Men.

Netflix était également parvenu à développer son propre univers Marvel, à travers 5 franchises. Là encore, Disney avait précipité la chute de la saga, en revoyant à la hausse ses commissions. Netflix avait pris la décision de mettre un terme à sa collaboration avec le géant du cinéma et développer son propre univers de superhéros en rachetant la société Millar.

Si le destin de Spiderman n’est pas encore scellé, le bras de fer que se livrent aujourd’hui Disney et Sony risque d’avoir un impact très négatif sur l’univers cinématographique Marvel. Reste à présent à voir si tout cela aura un impact sur les chiffres…