La France vient de prendre une décision très importante dans la lutte contre le gaspillage. Dès 2021, il sera obligatoire aux entreprises de recycler ou de donner leurs invendus non alimentaires.

Une nouvelle, qui risque de fâcher les plus grands noms de la grande distribution, est tombée ce début de semaine. En France, il sera bientôt interdit de jeter les produits non périssables, qu’il s’agissent d’électroménagers, de vêtements, de décoration ou de cosmétiques. Dès la fin 2021, ou la fin 2023, les sociétés seront obligées de recycler ou de donner les biens qui ne seront plus à la vente.

Selon l’AFP, ce ne sont pas moins de 600 millions d’euros de biens non alimentaires qui seraient détruits ou jetés chaque année. Avec cette nouvelle mesure, l’État s’attaque aussi bien aux magasins physiques qu’aux sites d’e-commerce.

Amazon mauvais élève du recyclage

Le site Amazon avait fait parler de lui en janvier 2019, dans une enquête diffusée dans le magazine télé Capital, sur M6. Il y était révélé que le géant de la distribution détruisait les invendus dans un souci de gain de place. L’entreprise américaine s’était alors défendue tant bien que mal, justifiant son geste par le manque de solutions viables pour valoriser ces déchets. La décision d’interdire ce gaspillage est une première mondiale, d’après le Premier ministre français Édouard Philippe.

Amazon et son patron Jeff Bezos n’ont pas encore réagi à cette annonce. En attendant, la branche française va devoir trouver rapidement une solution logistique pour recycler ses invendus. Il y a fort à parier que cette nouvelle mesure va faire parler d’elle au-delà des frontières françaises, et que d’autres pays emboîteront le pas.