Windows vient de découvrir une faille qui rappelle l’attaque de 2017 par le logiciel Wannacry. Pour pallier toute contagion parmi les utilisateurs des plus vieilles versions du système, Microsoft vient d’annoncer la sortie d’un patch.

Régulièrement, votre système d’exploitation vous invite à faire une mise à jour. Pourquoi ? Tout simplement parce que, dès que l’une d’elles est disponible, les développeurs vont se focaliser dessus. Davantage que sur les anciennes versions, jusqu’à ce qu’ils ne s’en occupent plus du tout.

Windows ne déroge pas à la règle et, dans certains cas, arrête complètement les mises à jour de ses anciennes versions. Mais qu’est-ce que cela signifie pour les utilisateurs ? Eh bien, tout simplement que votre ordinateur n’est plus aussi bien protégé. Et donc, que la porte est grande ouverte pour les hackers en tout genre. Windows vient justement de déceler une faille sur ses anciennes versions qui pourrait générer une importante contagion parmi les utilisateurs. La firme met donc en garde.

Windows XP et Windows 7

C’est le cas sur Windows XP, Windows 7, Windows Server 2003, Windows Server 2008 R2 et Windows Server 2008. Microsoft a annoncé que le service de contrôle à distance (Remote Desktop Services) sur ces versions du système d’exploitation était vulnérable aux attaques.

Une vulnérabilité qui se situe avant toute authentification et ne nécessite aucune interaction de l’utilisateur. De plus, elle est très virale et peut facilement être transmise d’ordinateur à ordinateur. Pour peu, évidemment que sa version de Windows fait partie de celles citées précédemment. Ce qui n’est pas sans rappeler Wannacry qui avait fait pas mal de dégâts chez Microsoft en 2017. À l’époque, le ransomware avait touché 300.000 victimes à travers le globe, chiffrant des données d’utilisateurs pour ensuite leur demander une rançon. Un logiciel n’a jamais porté un nom plus éloquent et en telle adéquation avec son terrible dessein.

Un patch pour protéger votre ordinateur

Mais heureusement, Microsoft a depuis lancé un patch qui permet aux utilisateurs de ces versions d’être mieux protégés. La société recommande donc vivement à ceux-ci de le télécharger et de l’installer aussi vite que possible. On se rend bien compte du caractère critique de la situation lorsque l’on sait que Windows XP n’est plus censé avoir aucun support des développeurs depuis le 8 avril 2014. Les versions plus récentes de Windows, telles que Windows 8 et Windows 10, quant à elles, ne sont pas concernées.

par Sarah Moran Garcia.