Après les mondes tricotés de Woolly World, les Yoshis de toutes les couleurs partent à l’aventure au sein d’un univers fait de papier et de carton toujours aussi mignon et bigarré. Le tout sous forme de grande chasse aux trésors dissimulés dans des décors réversibles comprenant de nombreux recoins.

L’histoire, simpliste, de Yoshi’s Crafted World débute par l’éparpillement des gemmes du Soleil aux Rêves (une pierre capable d’exaucer les rêves) causé par Bowser Jr. et le sorcier Kamek. Les Yoshis (on choisit au début son Yoshi coloré préféré, et on peut ensuite changer avant d’entamer chaque niveau) partent donc à la recherche de ses 5 joyaux au sein de mondes aux thématiques variées, avant que les deux mini-méchants de service ne mettent la main dessus.

Quand le papier fait un carton

Il n’en faut pas plus pour nous plonger dans un univers chatoyant où chaque décor regorge de détails inventifs tant au niveau esthétique que du gameplay. Tout semble fait main à partir de morceaux de papier, de carton, de bouts de ficelle (à quand la version Nintendo Labo ?), de pailles en plastique, de boites de conserve et d’autres objets du quotidien qui forment un univers bricolé et mignon dans lequel évolue notre Yoshi qui, lui, a gardé son aspect de peluche.

Tout est chatoyant et le level design incite astucieusement à explorer chaque recoin de cette magnifique direction artistique en nous faisant par exemple dérouler des languettes de papier qui formeront des ponts, en jouant sur la profondeur (on peut lancer les œufs sur des objets placés à l’avant ou à l’arrière-plan) ou en nous faisant carrément explorer l’envers du décor en retournant complétement un niveau lors des chasses aux Tipoochy. Tout est si inventif et bien pensé, brisant au passage l’impression première d’un jeu exclusivement 2D, que l’on a rarement l’impression de refaire les mêmes choses. D’autant que les zones comportent régulièrement des défis chronométrés, des parcours en side-scrolling automatique ou des séquences axées principalement sur les tirs d’œufs.

Une chasse aux multiples trésors

Pour finir chaque zone et surtout récolter les trésors, Yoshi peut bien sûr toujours compter sur sa capacité à gober ses ennemis, à lancer des œufs, à faire son fameux double saut plané et à effectuer son attaque rodéo. La maniabilité est au rendez-vous, souple et accessible, et on peut ajuster la difficulté ainsi que l’assignation des boutons.

Tout le monde peut ainsi y trouver son bonheur, même si le titre séduira davantage les plus petits que les spécialistes de la plateforme qui parcourront le jeu avec plus ou moins de facilité. Ces derniers trouveront véritablement leur dose de challenge dans les nombreux objets à collecter, dont des tenues à échanger contre des pièces qui procurent à votre Yoshi, outre une dégaine souvent dingue, une protection plus ou moins élevée suivant son niveau de rareté. Il y a plus de 170 de ces costumes à acheter au sein des distributeurs disséminés à travers les îles, sans compter ceux qui se débloquent à l’aide des amiibos (toutes les figurines de l’univers de Mario sont en principe compatibles).

A la poursuite du 100%

Vu qu’il est peu courant de mourir (les cœurs se trouvent facilement et se régénèrent même à chaque checkpoint), on comprendra aisément que le jeu mise surtout sur l’exploration, étant avant tout destiné à ceux qui aiment s’extasier devant une parcelle de décor ainsi qu’aux complétistes qui voudront récolter toutes les fleurs souriantes et autres pièces rouges cachées dans chaque niveau. Comme évoqué plus haut, il est également demandé afin de décrocher le 100% de revenir dans les niveaux parcourus pour y dénicher les Tipoochy égarés ainsi que pour livrer aux Brikolos (des robots qui ouvrent la voie vers la zone suivante en échange d’un nombre défini de fleurs) des objets spéciaux appelés « trouvailles ». Bref, il y a de quoi s’occuper.

Enfin, signalons que pour apporter davantage de convivialité entre amis ou en famille, Yoshi’s Crafted World offre la possibilité de parcourir l’aventure à deux en mode coopération (chacun avec un Joy-con, deux Joy-cons insérés dans un support ou une manette Pro). Ainsi, il est possible d’être plus redoutable en se mettant sur le dos de son comparse ou encore de gober ce dernier pour l’expulser afin d’atteindre certains endroits moins accessibles.

Conclusion

Indéniablement mignon, Yoshi’s Crafted World déploie un univers et un level design inventif qui joue sur la profondeur et l’envers du décor. La multitude d’objets à collecter et la convivialité du titre en font un « feel good game » idéal à savourer en famille, bien loin du stress et des frustrations souvent présentes dans d’autres jeux. Une petite bouffée d’air, à savourer à son rythme, où le game over est peu présent et où l’on est invité à prendre le temps de bien fouiller les recoins de chaque niveau pour en dénicher tous les trésors. Et il y a ici vraiment de quoi faire.

Yoshi's Crafted World

7.3

Gameplay

7.5/10

Contenu

7.5/10

Graphismes

7.5/10

Bande son

6.5/10

Finition

7.5/10

Les + :

  • Un univers bricolé ravissant
  • Un level design inventif qui incite à l’exploration
  • Beaucoup d’éléments à collecter
  • La possibilité de redécouvrir chaque niveau à l’envers

Les - :

  • Manque de variété dans les musiques
  • Trop facile en ligne droite