Google annonce rester sur ses positions quant à la commission prélevée sur sa boutique d’applications auprès des développeurs.

Sundar Pichai, le CEO de Google, vient d’exposer la position de la société américaine face à la répartition actuelle qui est de plus en plus critiquéd ces temps-ci.

Actuellement, Google prélève une part de 30% sur toutes les ventes du Google Play Store. Ce pourcentage s’applique à toutes les ventes d’applications, d’abonnements et les achats intégrés.

C’est lors de la présentation des résultats financiers d’Alphabet, la maison-mère du géant américain, que le CEO s’est exprimé sur le sujet.

Un analyste a posé une question à propos des canaux de distribution d’applications alternatifs. On y voit là une demande subtile concernant l’émergence d’un nouveau modèle, comme Epic Games l’a initié avec Fortnite.

Ce à quoi Sundar Pichai a fermement exposé le positionnement de la société qui maintient le cap et ne changera rien pour le moment.

“Je pense qu’il y a un échange de valeur et que c’est la norme de l’industrie. Nous allons continuer sur cette voie. Mais évidemment, nous nous adaptons toujours à la position du marché” a déclaré le CEO de Google.

Cependant, tout le monde n’est pas de cet avis et le studio géniteur de Fortnite souhaite lancer son Epic Games Store sur appareils mobiles. Ce qui pourrait ouvrir la voie à d’autres alternatives au Google Play Store.

“La taxe de 30% représente un coût élevé pour les développeurs, alors que les 70% qui leur restent doivent couvrir tous les coûts de développement, d’exploitation et de support de leurs jeux”, avait déjà déclaré Tim Sweeney, le fondateur et CEO d’Epic Games en août dernier.