Cible de nombreuses moqueries des internautes, Internet Explorer compte un nouveau détracteur : l’expert en cyber-sécurité de Windows. L’homme incite les utilisateurs du navigateur à migrer vers une alternative plus moderne.

Il y a quatre ans, Microsoft dévoilait Edge, son navigateur flambant neuf destiné à remplacer Internet Explorer. Pourtant, ce nouveau venu n’a pas réussi à totalement détrôner son prédécesseur. En effet, nombreux utilisateurs de Windows 7 surfent encore sur Internet Explorer, enregistré comme navigateur par défaut sur les machines, notamment dans les entreprises. 

Une situation risquée pour Chris Jackson, expert en cyber-sécurité et architecte principale de Windows, qui liste les risques liés à l’utilisation d’Internet Explorer, dans un article publié sur le forum de l’entreprise. La raison première est que Microsoft ne prend plus en charge ce navigateur has-been. Il n’est donc plus mis à jour et ne correspond plus aux normes du web. 

Pour les entreprises, utiliser Internet Explorer entraîne une « dette informatique ». Cette terminologie fait référence au rapport de coût et de qualité d’utilisation. Avec Internet Explorer, le cycle de vie et sa maintenance reviennent plus cher que sa qualité de surf.

Au-delà du coût, avoir recours à un navigateur obsolète peut entraîner de nombreux problèmes pour les entreprises, notamment de compatibilité et l’impossibilité de faire évoluer un site. Les solutions mises au point pour des navigateurs modernes ne sont pas testées pour fonctionner sur cette technologie obsolète ce qui peut poser problème pour consulter ou utiliser des outils en ligne.

Si la plupart des internautes surfent sur Chrome, Mozilla ou encore Ecosia, Microsoft compte bien faire d’Edge une référence. Jusqu’à présent, ce n’était pas forcément le cas. Le nouveau navigateur de Windows n’a pas vraiment convaincu les utilisateurs, son incompatibilité avec Windows 7 et 8 n’a pas aidé. 

Microsoft espère changer les choses avec une nouvelle version de son navigateur qui sera disponible sur Windows 7 et 8. De quoi aider les entreprises à migrer vers cette solution plus moderne. Mais Internet Explorer devrait encore avoir de beaux jours devant lui puisqu’il est difficile d’imaginer que les entreprises et utilisateurs attachés à leur navigateur habituel prennent la peine de faire de changer leur navigateur par défaut. À leurs risques et périls.