Crédit photo : AFP

Vers un crash irréversible de l’Internet en 2023?

S’il est peu probable, le “crash” d’Internet reste toutefois un scénario envisageable à l’heure où nous comptons de plus en plus sur le numérique…

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

En 2015 déjà, un éminent professeur de l’Université d’Aston, au Royaume-Uni, mettait en garde les géants du web contre une surutilisation de l’Internet, qui pourrait mener à un crash irréversible d’ici 2023. La théorie d’Andrew Ellis a depuis fait son bonhomme de chemin et de nombreux spécialistes s’interrogent aujourd’hui sur les fondements de sa théorie, selon laquelle une surutilisation de l’Internet ferait “imploser” le système.

Car on le sait, l’Internet repose en grande partie sur l’usage que l’on en fait. Un moteur de recherche n’est efficace qu’à partir du moment où il est utilisé par une masse critique d’internautes. La plupart des géants du web entraînent leur logiciel en les faisant exploiter de grosses bases de données. C’est ainsi par exemple que Facebook est parvenu à concevoir un algorithme capable d’identifier une personne sur une photo sans aucune aide extérieure. Plus le système est alimenté en données, plus il est efficace. A l’inverse, une surutilisation du système peut occasionner un dysfonctionnement. C’est le principe par exemple des attaques DDOS utilisées notamment par les Anonymous pour faire sauter différents sites en les faisant saturer de requêtes.

La multiplication des supports numériques, l’explosion de l’Internet of Things, l’arrivée des véhicules connectés et l’arrivée sur le marché des premiers assistants virtuels devraient ainsi faire grimper en flèche l’usage de l’Internet au cours des prochaines années. Pour répondre à ces besoins, les opérateurs améliorent leurs infrastructures, les géants du web travaillent aussi sur des solutions et de nouveaux protocoles sont déployés, notamment pour le HTTP.

Pour autant, il reste très difficile de prédire les fluctuations de l’usage d’Internet. L’arrivée de services de streaming comme Netflix, qui proposent du contenu vidéo en 4K, consommant une importante bande passante, a forcé les opérateurs à lourdement s’armer pour les prochaines années. A l’heure actuelle, un service comme Netflix compte à peine plus de 100 millions d’utilisateurs à travers le monde. Lorsque la transition complète vers le numérique se sera opérée, il est possible que Netflix et ses concurrents totalisent plusieurs milliards d’abonnés, qui consulteront chaque jour du contenu en 4K. Tout ceci devrait avoir un énorme impact sur le réseau.

Alarmistes, les propos d’Andrew Ellis et de ses nombreux supporters suivent le “pire scénario envisageable”. Un scénario que les géants du web tentent à tout prix d’éviter en poursuivant une véritable course contre la montre pour augmenter la capacité de l’infrastructure.

Si le scénario catastrophe est donc envisageable, on est toutefois encore loin de s’en rapprocher car l’évolution technologique devrait logiquement permettre de faire reculer cette “deadline” qui reste purement théorique. Dans la pratique, s’il n’est pas impossible que des pannes de services se multiplient au cours des prochaines années, il semble peu probable que les nombreux acteurs impliqués dans ce marché, laissent l’Internet “exploser”. La plupart des spécialistes en tout cas se veulent rassurants sur la capacité des géants du web à éviter un tel cas de figure…

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.