Le fondateur de Microsoft estime que les robots devraient eux aussi être taxés.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

Lors d’un entretien avec le magazine Quartz, le fondateur de Microsoft n’a pas hésité à s’attaquer à la problématique de l’emploi, exprimant son souhait de voir le gouvernement américain taxer les robots. Selon lui, la démarche serait non seulement logique mais aurait également un effet positif sur la société.

“A l’heure actuelle, une personne qui travaille dans une usine touche 50.000$” explique le fondateur de Microsoft. “Ce revenu est soumis aux impôts et intègre une taxe sur les revenus et une taxe pour la sécurité sociale. Si un robot réalise la même tâche qu’un être humain, il serait logique qu’il soit taxé de la même manière.” Les robots étant incapables de payer eux-mêmes ces impôts, ce serait aux entreprises qui les emploient de payer ces impôts, qui permettraient de palier en grande partie au gouffre dans la sécurité sociale et peut-être même de mettre sur pied un système de revenu universel.

Si une telle taxe était mise en place, les entreprises qui ont lourdement investi dans des systèmes d’automatisation verraient leurs marges s’effondrer. D’où l’intérêt de trouver un bon compromis, et surtout de légiférer le plus rapidement possible sur la question. Car pour Bill Gates, l’emploi des robots sera l’un des grands enjeux des trente prochaines années. Moins coûteux que des travailleurs, plus efficaces et surtout capables de travailler 24 heures sur 24, les robots représentent un véritable enjeu pour la société moderne. Plusieurs catégories de métiers pourraient ainsi entièrement disparaître au cours des vingt prochaines années, avec de lourds impacts sur la société.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.