Des documents dévoilent les critères sur lesquels se base la firme pour supprimer ou accepter un post sur son réseau social.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

Il n’est pas rare de trouver des contenus haineux sur le réseau social de Mark Zuckerberg. A l’inverse, dès qu’un téton est visible sur une photographie, le cliché en question est rapidement supprimé. Si les principes de tolérance et de censure envers les publications Facebook sont inscrits dans les “Community Guidelines”, certains choix des modérateurs posent question.

Et un journal allemand, le Süddeutsche Zeitung, a eu accès à des documents internes qui précisent les règles que doivent appliquer les personnes responsables des contenus publiés sur la plateforme. Il en ressort que les modérateurs répondent à une sorte de calcul qui correspond à la formule suivante : Catégorie protégée + Catégorie protégée = Catégorie protégée. Explications.

Une catégorie protégée correspond à une classe d’individus que Facebook protège, d’une certaine façon, via sa modération. On y retrouve : le sexe, les handicaps, la religion, certains emplois (enseignants, chômeurs, etc.), le statut social et bien d’autres.

Si l’on reprend donc le calcul susmentionné, on s’aperçoit qu’un commentaire haineux qui mêle deux de ces catégories protégées sera d’office censuré. Par exemple, si l’on évoque les femmes (sexe) chômeuses (profession), on obtient l’addition de deux catégories protégées, ce qui entraîne une suppression du post en question.

Un système qui demande des corrections

Mais le système n’est pas parfait, exemple à l’appui. S’il n’est pas possible d’insulter les femmes chômeuses, il est possible de le faire avec les adolescents. Pourquoi ? Tout simplement parce que ces derniers n’entrent pas dans le système de catégories protégées. En effet, il suffit d’entrer une catégorie non-protégée dans l’équation pour que le post reste visible, autrement dit : Catégorie protégée + Catégorie non-protégée = Catégorie non-protégée.

Autre exemple, il existe, selon le Süddeutsche Zeitung, des catégories intermédiaires. Elles concernent notamment les migrants et ont pour conséquence qu’il reste possible d’insulter cette catégorie de personnes mais seulement sous certaines conditions.

On sait que ces règles sont en constante évolution et qu’elles pourraient encore changer dans les semaines et les mois à venir. Cependant, pour l’instant, elles sont loin d’être parfaites.

Enfin, précisons que Facebook n’a pas confirmé ces informations.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.