Les bracelets de suivi d’activités ne font pas maigrir

Si ces trackers vous promettent un corps sain, ils n’accentuent pas la perte de poids. Une étude révèle que les personnes qui utilisent des trackers d’activités perdent en moyenne 2 kilos de moins que ceux qui n’en utilisent pas.

fitbit

Ce sont 471 personnes, âgées de 18 à 35 ans, en surpoids qui ont participé à l’enquête. Deux groupes ont été composés et ils ont reçu des conseils alimentaires, des programmes d’exercices et ont assisté à des séances de discussions de groupe. La seule différence est que l’un des deux groupes a obtenu des trackers d’activités « Fit Core ». Il en ressort qu’au bout de deux ans, tous les participants ont aminci leur silhouette mais la plupart des personnes munies d’un tracker ont perdu plus ou moins deux kilos de moins que ceux qui n’en utilisent pas.

Hypothèses

Un professeur de l’université de Pittsburgh, John Jakicic, a expliqué, suite à ces études, que ces trackers ne sont pas dangereux pour autant. Mais il faut prendre le temps de comprendre comment les entreprises conçoivent ces appareils et les opposer aux attentes démesurées de leurs utilisateurs.

Ce chercheur émet l’hypothèse suivante : il est possible que les personnes munies d’un tracker se cloître dans un faux sentiment de sécurité. Ils font alors moins attention à leur régime alimentaire.

Une autre possibilité réside dans la motivation. Si, après une journée éprouvante, le tracker d’activités vous indique que vous n’avez marché que 1000 des 10 000 pas quotidien, il est probable que nous abandonniez votre objectif du jour.

Limites

L’étude, comme toutes les autres, connait des limites. Tout d’abord, la population étudiée était relativement jeune. Les résultats seraient peut-être différents pour des personnes plus âgées.

Ensuite, le bracelet utilisé comme tracker date de 2010, année du début de l’étude. Certains ont peut-être choisi de l’enlever à certaines périodes étant donné qu’il n’est pas très esthétique.

Enfin, la technologie d’aujourd’hui n’est déjà plus la même que celle d’il y a quelques années. Les bracelets utilisés, Fit Core, sont déjà dépassés. A l’époque, les participants devaient se rendre sur Internet pour découvrir leurs statistiques. Aujourd’hui, les trackers disposent pour la plupart d’un petit écran qui permet de consulter les statistiques quotidiennes.

Le chercheur, John Jakicic, conseille aux entreprises derrière ces trackers d’activités de plus s’intéresser à la façon dont se comportent les gens au quotidien. Selon lui, ces appareils n’utilisent pas de bonnes approches pour modifier les attitudes des utilisateurs. « Bonjour, vous allez courir aujourd’hui ? » ne suffit pas.

Il conclut en précisant qu’il a rendu visite à plusieurs sociétés, qu’il a choisi de ne pas nommer, et qu’il leur a proposé une autre méthode de langage à adopter. Toutes ont refusé. Cependant, notons tout de même que les entreprises qui misent sur le fitness ont toutes travaillé depuis lors leur façon de pousser les utilisateurs à faire de l’exercice.

Rémi Lach

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.