La fondation Mozilla travaillerait sur une nouvelle architecture technique pour son navigateur vedette Firefox, en perte de vitesse face à l’ogre Chrome, selon le site spécialisé TechCrunch.

firefox

Longtemps challenger d’Internet Explorer, Firefox est retombé aux alentours de 15% de parts de marché dans le monde contre désormais plus de 60% pour Chrome, selon les dernières statistiques de StatCounter. S’il a toujours sa cohorte de fidèles, le navigateur doit se renouveler et surtout résoudre ses problèmes récurrents à commencer par une trop grande consommation de mémoire vive.

C’est dans cet optique qu’a été développé une nouvelle architecture technique, baptisée Electrolysis, qui permettrait de charger une page Web de 5 à 8 fois plus vite qu’actuellement selon TechCrunch. Mais par quel miracle ? En réalité cette architecture adopte un positionnement multi-processus qui divise le mode de chargement des pages en plusieurs tâches.

Néanmoins le nombre de processus devrait être limité afin de ne pas trop saturer la mémoire et se révèlerait même plus performante que celle utilisée sous Chrome, selon les responsables du projet. La multiplication des sous-processus aurait également comme conséquence d’améliorer la sécurité et d’empêcher un virus de s’installer sur un ordinateur.

Pour l’instant, seule une infime minorité d’utilisateurs sous la dernière version de Firefox 48 seraient concernés (environ 1%, selon TechCrunch). Mais d’ici quelques semaines ce sont près de 50% des utilisateurs de Firefox dans le monde qui devraient pouvoir en profiter. En 2017, pour Firefox 52 ou 53, cette solution sera généralisée, le temps que la majorité des extensions dédiées au navigateur soit compatibles avec cette technologie.

AFP