Lundi, l’action de Netflix plongeait de plus de 15%, peu après l’annonce de résultats trimestriels “décevants”. Le service de streaming n’enregistre qu’une timide progression au niveau du nombre d’abonnés en dépit de son déploiement international. Une situation complexe qui trouve de nombreuses explications…

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

Le mode hors-ligne tarde à arriver

C’est sans aucun doute l’une des fonctionnalités les plus attendues par les utilisateurs de Netflix. Pourtant, le service n’a pas encore officiellement confirmé l’arrivée d’un mode hors-ligne. Celui-ci permettrait aux abonnés de télécharger certains films et épisodes de séries sur leur smartphone ou tablette pour les visionner durant un vol ou un trajet en train. Selon une étude d’AllFlicks menée auprès de 1000 abonnés au service, 73% des utilisateurs seraient intéressés par l’ajout d’un mode hors-ligne. Pour 66% des personnes interrogées, la fonction serait même primordiale. “Les personnes interrogées nous ont expliqué qu’elles souhaitaient un mode hors-ligne pour pouvoir visionner des films lors de leurs voyages, mais aussi lorsqu’ils vont faire du camping ou se rendent à la salle de gym” explique le responsable de l’enquête. “Certains utilisateurs souhaitent également y accéder depuis les transports publics.” Globalement, la demande pour une telle fonction serait très forte, et de nombreux utilisateurs seraient même prêts à débourser quelques euros de plus pour y avoir accès. Officieusement, Netflix travaillerait sur l’intégration d’une telle fonctionnalité, mais son déploiement pourrait prendre encore quelques mois…

Netflix n’a pas encore trouvé son Game of Thrones

Aux Etats-Unis, une grosse partie des abonnés ont vu les prix de leur abonnement augmenter sensiblement au cours des dernières semaines. Une augmentation que le service justifie par la quantité et la qualité des exclusivités du service, qui n’ont cessé de se multiplier au cours des derniers mois. Dans la pratique toutefois, si les exclusivités se sont multipliées, Netflix n’a pas encore trouvé son “Game of Thrones”, une série à gros budget qui lui permettrait de toucher une très large audience et qui justifierait presqu’à elle seule le prix de l’abonnement. Et ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé avec Marco-Polo, Narcos ou encore Daredevil. HBO, qui produit Game of Thrones, a de son côté enregistré une hausse impressionnante du nombre d’abonnements depuis la diffusion du premier épisode de la saga.

L’offre régionale se développe trop lentement

Au niveau régional, Netlix peine à harmoniser ses catalogues. D’un pays à l’autre, le nombre de programmes passe du simple au double. Les tarifs sont pourtant identiques dans presque tous les pays. De quoi générer la grogne des abonnés… A cela s’ajoute le manque de contenu destiné à une audience locale. En Belgique par exemple, on ne trouve que quelques films “made in Belgium”, et à peine une poignée de films néerlandais et français. Si Netflix a commencé à produire un contenu “localisé” avec des séries comme “The Crown” (Royaume-Uni) ou Marseille (France), les films et séries produits localement n’ont pas rencontré un franc succès jusqu’ici. Et puis, bien sûr, il y a la question des droits d’auteur. Récemment, Netflix a ainsi acquis les droits de diffusion du film “Belgica”, une production made in Belgium qui a déjà rejoint le catalogue international de Netflix, mais qui ne peut être visionné en Belgique, aux Pays-Bas ou en Allemagne… les pays où le film est justement censé rencontrer le plus franc succès!

Le catalogue américain régresse

En l’espace de deux ans, le nombre de films accessibles depuis le service de streaming aurait diminué de 33% et le nombre de séries de 26%. Une régression importante du catalogue qui s’expliquerait en grande partie par des accords d’exclusivités passés entre les distributeurs de films et les rivaux de Netflix (Amazon et Hulu, pour ne citer qu’eux), mais aussi par la volonté du service de développer son catalogue d’exclusivités. Une stratégie ambitieuse sur le long terme, mais qui risque de faire beaucoup de mal au service sur le court terme… Comme le montrent les derniers chiffres! Au cours du dernier trimestre, Netflix n’a enregistré que 160.000 nouveaux abonnements sur le sol américain, en lieu et place des 500.000 abonnements attendus.

Netflix ne tolère plus l’utilisation de VPN

Depuis quelques mois, Netflix fait la vie dure aux VPN. Le service de streaming s’est lancé dans une véritable chasse aux sorcières dans l’objectif d’empêcher ses abonnés d’accéder à son catalogue complet de films et séries en bloquant l’accès aux VPN, ces outils qui permettent de se connecter au service depuis n’importe quel endroit dans le monde. S’il est toujours possible d’accéder au catalogue US depuis la Belgique, le nombre de VPN supportant Netflix a en revanche considérablement diminué, et des millions d’abonnés à travers le monde se plaignent désormais de ne pas avoir les mêmes privilèges que d’autres abonnés qui peuvent accéder à un catalogue parfois dix fois plus vaste que celui disponible dans leur pays…

Le support des langues est limité aux langues nationales

Si vous voyagez cet été en Italie ou en Espagne, vous vous connecterez peut-être à votre compte Netflix pour visionner un film. Vous aurez toutefois tôt fait de remarquer que la plupart des doublages accessibles localement se limitent aux langues parlées dans le pays où vous vous trouvez. En l’occurrence, l’Espagnol, le Catalan et éventuellement un doublage en Anglais. Même problème en Belgique, où la plupart des films sont disponibles uniquement en Anglais et en Français, avec quelques sous-titres en Français et Néerlandais. Vous souhaitez visionner un film en Anglais, avec un sous-titrage en Anglais également, pour améliorer votre compréhension de la langue de Shakespeare? A l’exception de quelques exclusivités, le service ne propose pas cette option… Imaginez alors la détresse des touristes, des migrants et des expatriés, qui n’ont d’autre choix que de se tourner vers le P2P ou le streaming illégal!

Pour les cinéphiles, seules les exclusivités méritent le coup d’œil

Si Netflix met régulièrement à jour son catalogue de films et séries, la plupart des programmes qui sont ajoutés ont plusieurs années d’ancienneté et les nouveautés sont rarement des programmes qui attirent la curiosité des cinéphiles. Du coup, le seul moyen de “rentabiliser” son abonnement, c’est de visionner les quelques exclusivités du service. Et si Narcos, Stranger Things, Marco-Polo et Jessica Jones sont de belles réussites, la plupart des séries “exclusives” à Netflix sont malheureusement loin d’atteindre ce niveau d’excellence… Au final, les nouveautés qui méritent véritablement le coup d’œil se comptent sur les doigts de la main. Certains abonnés n’hésitent donc pas à résilier leur abonnement pour prendre un “break”, et s’abonner de nouveau au service quelques mois plus tard, lorsqu’une nouveauté leur fait de l’œil. Une situation complexe à gérer pour Netflix, qui doit plus que jamais développer son catalogue d’exclusivités pour fidéliser son audience, en misant sur des séries à très fort potentiel.

9 Commentaires

  1. Le catalogue belge est pitoyable comparé à celui US. Je ne parles pas des nouveautés mais surtout des anciens films et série. A quand l’intégrale des séries star trek,x files, quatrième dimension… accessible aux US. Ne me dites pas qu’il s’agit d’un problème de droit de diffusion….

  2. J’ai essayé Netflix en Belgique et effectivement l’offre est quasi nulle. Pour cette raison jai résilié mon abonnement et j’en ai pris un autre a Betv. La jai des séries extraordinaires et des films et avec la version Betv Go, je peux l’ajouter sur ma tablette. Effectivement pas en déconnecte, mais l’offre est géniale.

  3. Moi ce qui me bloque, c’est le paiement par carte de crédit, de plus qu’ils sont disponibles via le décodeur proximus T..

  4. Je suis abonné , mais je pense plus pour longtemps :
    – Quand on regarde une série et que la suite n’est toujours pas sur Netflix et disponible sur d’autres plateformes depuis un bon moment .
    – J’ai une fille qui se lasse d’attendre parfois la suite des nouveaux épisodes ( disponibles également sur d’autres plateformes ) .
    Je trouve que Netflix font les choses à moitié et perdrons de plus en plus de clients …

  5. Comme dit dans l’article, pour un service comme Netflix, je ne comprends pas pourquoi les langues disponibles sont uniquement celles du pays…

    S’il existe un doublage d’un film en chinois et les sous-titres en Russe, pourquoi ne pas le proposer ? C’est justement l’un des avantages du streaming mais pas du tout exploité !

    Pour ce qui est des films, j’imagine que ce n’est pas aussi facile et que tout est question de contrats sur les droits. Mais en effet, avoir accès à des films plus variés ça ne ferait pas de mal.

Comments are closed.