Durant une minute, le service de covoiturage Uber a été rendu inaccessible samedi, en hommage aux cinq policiers tués lors de l’attaque de Dallas. La startup américaine, qui souhaitait encourager les utilisateurs du service à réfléchir sur la violence entraînée par les armes à feu, a été vivement critiquée par les internautes pour sa prise de position.

silence

En hommage aux victimes de l’attaque de Dallas, mais aussi dans le but de pousser la communauté Uber à réfléchir sur la violence liée à l’utilisation d’armes à feu, Uber a respecté une minute de silence samedi, sur son application mobile. Durant 60 secondes, les utilisateurs du service ne pouvaient commander de navette, et les chauffeurs de véhicules accepter de nouvelle course.

Dans un communiqué officiel, Uber s’est excusé pour le dérangement auprès des utilisateurs du service, tout en promettant qu’il verserait des donations à une série de groupes antiviolences de Baton Rouge, Minneapolis et Dallas. La startup encourageait également la communauté Uber à réfléchir à des manières d’aider les victimes, ainsi qu’à améliorer la situation.

Durant toute la journée de dimanche, les signes représentant les véhicules UberX sur la carte étaient également remplacés par des signes de paix. Les utilisateurs du service ne pouvaient également pas connaître le temps d’attente nécessaire pour être pris en charge par un véhicule, Uber ayant choisi de mettre en avant un message – “Une minute pour penser à la violence liée aux armes à feu” – en lieu et place du décompte.

gunviolence

Appréciée par certains, l’initiative a été toutefois vivement critiquée sur les réseaux sociaux par d’autres, agacés de voir une telle polémique bloquer l’accès au service durant 60 secondes.