Oracle réclame 9,3 milliards de dollars à Google

Dans le procès qui l’oppose à Google, Oracle réclame pas moins de 9,3 milliards de dollars au géant du Web pour avoir utilisé – sans son autorisation – les API de Java pour concevoir son système d’exploitation Android.

oracle

Si Google avait remporté la première manche de son bras de fer face à Oracle, la bataille entre les deux géants des nouvelles-technologies n’est pas encore finie. Oracle revient aujourd’hui à la charge avec une note très salée, puisque le géant américain réclame pas moins de 9,3 milliards de dollars à Google pour avoir utilisé – sans son consentement – les API de Java pour l’élaboration de son système d’exploitation Android – notamment dans la dernière version de l’OS, Android N, qui n’est pour l’instant accessible qu’aux développeurs.

Dans son argumentation, Oracle rappelle que Google tire des revenus substantiels d’Android – 31 milliards de dollars à ce jour -, et qu’il est donc logique qu’une partie du mérite lui revienne.

La Cour Suprême des Etats-Unis, qui avait déjà rejeté l’appel du groupe en prétextant que des API ne peuvent être défendus par la loi du copyright, a déjà botté en touche la demande d’Oracle, soulignant avoir déjà traité le sujet. Mais Oracle serait bien décidé à ne pas se laisser faire et chercherait aujourd’hui pour relancer la machine juridique.

De son côté, Google serait ouvert pour une solution à l’amiable mais considère le montant exigé par Oracle largement supérieur à la réalité. Selon le géant américain, seulement « 37 API d’Oracle » seraient utilisés dans la conception d’Android, ce qui ne représenterait que quelques lignes du code constituant son système d’exploitation.

L’absence de compromis entre les deux entreprises poussera donc le juge à rendre un verdict qui sera très certainement nuancé – en faveur d’Oracle – avec une facture qui devrait être nettement revue à la baisse selon les analystes.