L’entreprise japonaise a dévoilé ce vendredi 29 janvier les résultats pour son dernier trimestre fiscal. Le segment jeu vidéo bombe le torse et devance tous les autres secteurs couverts par Sony.

LOS ANGELES, CA – 10 JUIN: Andrew House, le président et PDG du groupe Sony Computer Entertainment Inc., présente la Playstation 4 à la conférence E3 2013, un évènement dédié à la presse.
LOS ANGELES, CA – 10 JUIN: Andrew House, le président et PDG du groupe Sony Computer Entertainment Inc., présente la Playstation 4 à la conférence E3 2013, un évènement dédié à la presse.

 

C’est bel et bien la branche « Game & Network Services » qui a enregistré le chiffre d’affaires le plus haut au sein de la firme : 587 milliards de yens (soit 4.46 milliards d’euros), ce qui représente une hausse de 10% sur un an. Quant au bénéfice opérationnel, celui-ci s’élève à 40.2 milliards de yens (soit 305 millions d’euros), une hausse de 45% sur l’année.

Ceci est directement imputable aux très bonnes performances de la Playstation 4, dont 8.4 millions d’exemplaires se sont écoulés entre octobre et décembre 2015 (contre 6.4 à la même période fin 2014), les fêtes de fin d’année ont donc été très profitables à la console. Sony, qui se félicitait en novembre dernier d’avoir dépassé le cap des 30 millions de machines vendues approche désormais des 40, avec 37.7 millions de produits écoulés.
Sa concurrente, la Xbox One de chez Microsoft, cumule actuellement à 19 millions de machines écoulées.

Depuis avril 2015, Sony a vendu 15.4 millions de PS4 et s’est fixé comme objectif de clôturer l’année fiscale avec 17.5 millions, ce qui n’est plus un rêve très lointain compte tenu de la croissance de la marque Playstation tout au long de l’année dernière. Les ventes de la machine se sont donc stabilisées. Sony tient également à rappeler que le Playstation Network (le store en ligne de Sony qui propose des jeux au format dématérialisé) contribue pleinement au segment jeu vidéo, avec 27% de parts au niveau des revenus.

D’un point de vue plus global, la compagnie japonaise s’en sort mieux que l’année dernière et enregistre moins de pertes. Le rapport complet de ses résultats trimestriels confirme cette tendance.

Yassine Mazouni (St.)