2015 aura décidément été une année très riche pour les amateurs de nouvelles technologies. De la débâcle d’Uber à Bruxelles au lancement de Windows 10, en passant par la disparition des Google Glass, l’année 2015 aura été marquée par ses hauts et ses bas. Petit récapitulatif des 10 plus gros flops de l’année.

Ashley Madison

ashleymadison

Réputé être l’un des sites de rencontres extra-conjugales les plus populaires du Web, Ashley Madison a été victime d’un piratage de grande ampleur qui a eu pour conséquence la publication des données personnelles de 37 millions de personnes sur Internet. Selon les pirates, qui affirment avoir œuvré pour dénoncer les pratiques du site, Ashley Madison partageait des chiffres erronés sur la proportion de femmes inscrites sur le site et avait mis en place une offre Premium trompeuse. Comme les hackers l’avaient remarqué à l’époque, beaucoup d’hommes mariés s’étaient inscrit sur le site, mais vu la très maigre proportion de femmes inscrites sur le service, il y a de fortes chances que seulement un maigre pourcentage en ait tiré un quelconque bénéfice…

L’iPad Pro d’Apple

ipadpro

Lancé en grande pompe dès la rentrée scolaire 2015-2016, l’iPad Pro d’Apple n’a pas vraiment convaincu la presse spécialisée. Beaucoup trop chère, la tablette grand format d’Apple était censée venir concurrencer les tablettes hybrides sous Windows avec une offre alléchante de logiciels destinés à améliorer la productivité. Paradoxalement, Apple a choisi d’utiliser son système d’exploitation mobile iOS pour cette machine hybride, bridée à l’extrême, qui est probablement le produit le plus inintéressant du portfolio d’Apple. Notons d’ailleurs que si son prix ne vous effraye pas, il faudra ajouter le clavier le stylet, vendus séparément, pour espérer tirer parti de toutes ses fonctionnalités.

Le Pixel C de Google

pixel

Lancée juste à temps pour Noël, la première tablette de Google a reçu un accueil glacial de la presse spécialisée. En cause? Le système d’exploitation Android, qui est mis en avant par Google comme un véritable outil de productivité, alors que celui-ci fait piètre figure par rapport à Windows 10 et OS X. Pâle copie de la Surface Pro de Microsoft, le Pixel C n’a rien d’un outil de travail. Pire encore, Google aurait décidé de se saborder juste avant le lancement du produit, selon ArsTechnica, qui indique que le Pixel C état initialement censé exploiter Chrome OS et non pas Android. Si vous prévoyez d’acheter une tablette hybride pour les fête de fin d’année, inutile de préciser qu’il vaut mieux éviter le Pixel C…

Windows Phone

LUMIA950xl

Le même scénario a tendance à se reproduire chaque année. Plein de bonnes intentions, Microsoft annonce un “profond changement” de stratégie pour son système d’exploitation mobile Windows Phone. Dans la pratique, les ventes désastreuses de Windows Phone poussent les fabricants à déserter l’OS mobile de Microsoft pour se concentrer sur Android. A plus d’un titre, Windows 10 sur smartphones serait d’ailleurs l’un des plus gros fiascos de la fin d’année puisque seuls Microsoft et Acer se sont risqués à annoncer de nouveaux modèles de smartphones sous Windows qui seront disponibles en Belgique. Le système d’exploitation, qui souffre d’une piètre réputation sur mobile malgré les très gros efforts de Mcrosoft, présente un énorme retard au niveau du parc applicatif. Outre SnapChat, Tinder et HearthStone, c’est surtout l’absence d’applications compatibles avec les objets connectés qui se fait ressentir. A l’heure actuelle, il est en effet impossible d’utiliser une montre Pebble, un bracelet Xiaomi ou une montre Android Wear avec un Windows Phone!

Firefox

firefoxafp

S’il reste très apprécié des internautes, le navigateur Firefox a beaucoup souffert du succès de Chrome et de l’arrivée de Edge, le nouveau navigateur de Microsoft. En quelques mois, ses parts de marché se sont effondrées. La fondation Mozilla, qui chapeaute le projet, a par ailleurs annoncé la disparition de Firefox OS, le système d’exploitation pour smartphones, qui avait été lancé en grande pompe deux ans plus tôt. La fondation, qui avait également décliné Firefox sur téléviseurs, souhaite aujourd’hui se concentrer sur son activité principale, dont l’existence est aujourd’hui menacée par ses deux plus gros concurrents…

La débâcle Uber en Belgique

uber AFP

Contraint de suspendre son service Uberpop à Bruxelles, Uber s’est engagé dans un véritable bras de fer avec la législation belge et la ville de Bruxelles, qui a cédé à la pression des chauffeurs de taxis pour interdire le service Uberpop. Son remplaçant, UberX, respecte la législation en vigueur mais peine encore à séduire, la faute à des tarifs plus élevés mais aussi et surtout à une véritable pénurie de chauffeurs. Selon Filip Nuytemans, le CEO d’Uber en Belgique, ce n’est pas Uber qui doit changer, mais la législation en vigueur. « Un chauffeur professionnel à Bruxelles doit conduire une voiture dont la valeur est d’au moins 40.000 euros ! Ce n’est pas nécessaire, ni gage de qualité du service! »

Le projet de smartphone modulable de Google

project ara

Quelques semaines avant son lancement officiel à Porto-Rico, le pays choisi pour “tester le potentiel commercial du produit”, Google a choisi d’annuler la commercialisation de son smartphone modulable. Le projet de Google, qui visait à permettre à chaque utilisateur de choisir les composants de son smartphone et de les assembler ensuite grâce à un système d’aimants, n’était visiblement pas suffisamment porteur pour le géant américain, qui, après avoir introduit le concept en début d’année a finalement choisi de le “mettre en pause” de manière indéfinie. Rassurez-vous cependant, pour ce que nous avions pu en voir le projet était loin d’être aussi abouti que Google pouvait laisser l’entendre…

Les Google Glass

GLASS

En janvier dernier, Google a soudainement décidé de “mettre en pause” son projet de lunettes connectées, après avoir écoulé ses derniers stocks de prototypes sur le Play Store a un tarif outrageusement élevé. Une politique vivement critiquée par les internautes qui a poussé Google à repartir de zéro pour le nouveau modèle, qui n’est pas attendu avant 2016 en magasin. Si les Google Glass ne sont donc pas un “flop commercial” – et pour cause, puisqu’elles n’ont officiellement jamais été commercialisées! -, les multiples reports ont progressivement affaibli un projet sans doute trop ambitieux qui devrait subir un lifting intégral avant de refaire parler de lui…

Dropbox

dropbox4

Si Dropbox demeure l’un des services cloud les plus populaires, la jeune startup américaine n’est malheureusement pas parvenue à diversifier ses activités. Début décembre, elle a annoncé la fermeture de Carousel, son appli photo, et Mailbox, son client mail. Le premier devrait officiellement fermer ses portes le 31 mars prochain tandis que le second disparaîtra un peu plus tôt, le 26 février 2016. Paradoxalement, Mailbox avait reçu un accueil très chaleureux des médias et des internautes, mais le succès s’est très vite tassé selon la société-mère, qui indique que le service ne dispose pas d’assez d’utilisateurs pour continuer à fonctionner. L’application Carousel, qui permettait de visualiser les photos stockées sur son compte Dropbox, n’avait quant à elle qu’un intérêt très limité pour les utilisateurs de Dropbox, qui continuaient à accéder à leurs galeries d’images directement depuis l’application Dropbox.

Les applications tierces de Facebook

slingshot

C’est devenu presque une habitude. Chaque année, Facebook lance une demi-douzaine de nouvelles applications qui finissent toutes par disparaître, victimes d’un profond désintérêt des consommateurs. Facebook, qui espérait créer un véritable parc d’applications-satellites autour de son réseau social a annoncé début décembre la fermeture du Creative Labs, son studio chargé du développement d’applications complémentaires à Facebook et au Messenger. Slingshots, la pâle copie de SnapChat, Rooms, le “Google + de Facebook” et Riff, une application d’édition vidéo, ont toutes les trois disparu du Play Store et de l’App Store. Un très gros fiasco qui devrait amener Facebook à se concentrer de nouveau sur l’essentiel.