MWC 15 – Le smartphone modulable de Google ne vend pas du rêve

On aurait pu s’attendre à ce que Google mette les bouchées doubles pour promouvoir son smartphone modulable à Barcelone. Etrangement, la firme de Mountain View a préféré laisser cette tâche à l’un de ses partenaires, qui avait emmené dans ses valises une maquette du smartphone modulable.

ara

Présenté il y a quelques mois, le smartphone modulable de Google laisse rêveur. Et pour cause puisqu’il permet à l’acheteur de personnaliser tous les éléments de son smartphone, de la qualité de l’écran aux performances de son processeur, en passant par la qualité de l’appareil photo et même les options de connectivité.

Un mode opératoire étrange

Début 2015, Google se décidait à lever le voile sur le projet et à annoncer la commercialisation du produit sur un marché de test, en l’occurrence l’île de Porto-Rico.

Présent au Mobile World Congress, Google s’est contenté d’un stand minuscule et particulièrement difficile à trouver, laissant à l’un de ses partenaires la lourde tâche de promouvoir son produit.

Le partenaire en question, c’est Yezz, une firme de Miami qui commercialise des smartphones low-cost sous Windows, Firefox et Android. Un porte-parole de l’entreprise nous a confié au Mobile World Congress de Barcelone que Google avait choisi Yezz comme partenaire privilégié pour le lancement de son smartphone modulable, laissant libre cours à la créativité de l’entreprise américaine pour créer certains modules qui seront commercialisés le jour J. Selon un porte-parole de Yezz, une centaine de modules seraient actuellement à l’étude, mais une petite dizaine seulement devraient être commercialisés. Là où les choses se corsent, c’est justement dans le fait que Google ne semble pas pressé de lancer le produit.

Sur les traces de Google Glass

Le smartphone modulable de Google ne sera en effet commercialisé à Porto-Rico que dans le courant du mois d’août 2015. Après une période de test, Google décidera de la viabilité du projet, et envisagera ensuite un lancement sur le sol américain. Mais pas avant 2016. En Europe, il faudra probablement attendre fin 2016, voire 2017 au plus tôt, avant de pouvoir enfin mettre la main sur un smartphone modulable, si tout du moins le produit finit par être commercialisé. Vu les déboires rencontrés par Google avec ses Google Glass, il n’est en effet pas impossible que le projet passe rapidement à la trappe s’il ne bénéficie pas d’un accueil suffisamment chaleureux.

Les incertitudes ne s’arrêtent pas là. Ainsi, nous avons appris que le projet ARA ne concurrencera pas les smartphones haut de gamme puisque Google viserait une tranche de prix comprise entre 50 et 299 euros. Autant dire qu’il ne faut pas s’attendre à voir débarquer des processeurs octo-cores, des capteurs photo de 20 mégapixels ni des écrans Quad HD. Vient ensuite la question des options disponibles. Car si les terminaux seront ultra-personnalisables, ils ne supporteront qu’un nombre limité de modules, ce qui signifie qu’il ne sera sans doute pas possible d’avoir toutes les options embarquées. Le consommateur devra faire des choix, ou changer les modules selon ses envies. Enfin, et c’est sans doute le point le plus inquiétant, il semblerait que Google vise très clairement les pays émergents avec un produit très bon marché, ce qui pourrait signifier que l’Europe ne fera pas partie de ses plans…

Bref, si le projet ARA reste un produit qui laisse rêveur, Google semble n’avoir investi que de maigres ressources dans son projet de smartphone modulable, qui pourrait bien disparaître aussi vite qu’il était apparu…

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.