Selon les derniers chiffres de IDC, Fitbit garde la Pole Position des ventes de “wearables” avec pas moins de 4,5 millions de bracelets connectés vendus au troisième trimestre de l’année. Arrivé tardivement sur ce marché, Apple parvient à décrocher la seconde place du classement malgré un score “décevant”.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

Malgré un lancement en grande pompe, l’Apple Watch n’est pas parvenue à réaliser toutes les ambitions d’Apple sur le segment des wearables – ces accessoires connectés qui se portent au poignet. Le groupe américain n’aurait en effet vendu que 3,9 millions d’Apple Watch au cours du troisième trimestre de l’année. Des résultats corrects mais loin d’être à la hauteur des objectifs du groupe informatique. Pour relancer la machine, Apple mise désormais sur WatchOS2, la seconde version de son système d’exploitation, et de nouveaux modèles d’Apple Watch visant le haut de gamme.

Le géant américain Fitbit garde donc une grosse longueur d’avance sur Apple, avec 4,7 millions de bracelets connectés vendus au cours du troisième trimestre de l’année. S’il ne joue pas exactement dans la même cour que le géant informatique, Fitbit subit néanmoins la pression exercée par l’Apple Watch, qui permet également de contrôler le nombre de pas qu’on a fait au cours d’une journée.

En troisième position, on retrouve le géant chinois Xiaomi, et son désormais célèbre MiBand, un petit bracelet vendu une quinzaine d’euros, qui remporte un franc succès en Chine. Avec 3,7 millions de bracelets vendus, Xiaomi talonne Apple et devrait en toute logique repasser en seconde position en fin d’année avec l’arrivée du nouveau MiBand Pulse.

Loin derrière, Garmin cumule près d’un million de bracelets vendus. Il devance BBK (0,7 million) et Samsung (0,6 million), qui peine encore à se faire un nom sur ce segment malgré des investissements considérables.