Non, Facebook ne va pas devenir payant

Depuis quelques jours, la toile est en émoi. Facebook, le réseau social le plus populaire de la planète, serait sur le point de devenir payant. L’information, partagée exclusivement via les comptes Facebook de la communauté, n’est pourtant ni plus ni moins qu’un fake.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

“C’est maintenant officiel ! C’est paru dans les médias. Facebook vient de sortir son prix d’entrée : 5,99 € pour garder l’abonnement gold de votre statut de vie “privée”. Si vous collez ce message sur votre page, il sera offert gratuitement ( j’ai dis coller pas partager ) sinon demain, toutes vos publications peuvent devenir publiques. Même les messages qui ont été supprimés ou les photos non autorisées. Après tout, cela ne coûte rien pour un simple copier coller. En raison du fait que Facebook a choisi d’impliquer un logiciel qui permettra le vol de mes renseignements personnels, je déclare ce qui suit: À cette date du Dimanche 20 septembre 2015, en réponse aux nouvelles lignes directrices de Facebook et en vertu des articles L.111, 112 et 113 du code de la propriété intellectuelle, je déclare que mes droits sont attachés à toutes mes données personnelles, dessins, peintures, photos, textes etc … publiées sur mon profil. Pour une utilisation …commerciale de ce qui précède mon consentement écrit est nécessaire en tout temps. Ceux qui lisent ce texte peuvent faire un copier/coller sur leur mur Facebook. Cela leur permettra de se placer sous la protection du droit d’auteur. Par ce communiqué, je dis à Facebook qu’il est strictement interdit de divulguer, copier, distribuer, diffuser, ou de prendre toute autre action contre moi sur la base de ce profil et ou de son contenu. Les actions mentionnées ci-dessus s’appliquent également aux employés, étudiants, agents et ou tout autre personnel sous la direction de Facebook. Le contenu de mon profil comporte des informations privées. La violation de ma vie privée est punie par la loi (UCC 1-308 1 – 308 1 -103 et le Statut de Rome). Facebook est désormais une entité de capital ouvert. Tous les membres sont invités à publier un avis de ce genre, ou si vous préférez, vous pouvez copier et coller cette version. Si vous n’avez pas publié cette déclaration au moins une fois, vous allez tacitement permettre l’utilisation d’éléments tels que vos photos ainsi que les informations contenues dans la mise à jour de profil.”

Facebook restera gratuit

Ce message, vous l’avez certainement vu défiler plusieurs fois dans votre fil d’actualité ces derniers jours. Relayé abondamment sur le réseau social, il a rapidement envahi les fils d’actualité de toute la communauté, suscitant l’inquiétude des plus naïfs. La rumeur n’est pourtant l’œuvre que d’un petit plaisantin…

Contrairement à WhatsApp, qui exige de passer à une formule payante une fois la période de test passée, Facebook ne nécessite en effet aucune souscription pour fonctionner aussi bien sur votre ordinateur que sur votre smartphone. Le réseau social n’a jusqu’à présent jamais évoqué une formule payante, dans la mesure où les bénéficies du groupe sont en constante augmentation et se basent essentiellement sur le format publicitaire, qui ne pourrait pas fonctionner sans la gratuité du service. S’il n’est pas impossible que la firme américaine propose un jour une sorte de pass payant qui permettrait de se débarrasser de la pub, à l’image de ce que devrait proposer Youtube le mois prochain, l’intégralité des services devraient rester accessibles gratuitement.

Eviter de tomber dans le piège

S’il est facile de tomber dans le panneau lorsqu’on n’est pas forcément habitué aux réseaux sociaux, il existe plusieurs manières d’identifier une rumeur. Tout d’abord, il faut faire attention à l’orthographe et à la grammaire du message. La plupart des rumeurs colportées sur les réseaux sociaux sont généralement l’œuvre de petits plaisantins qui accordent plus d’attention au contenu de leurs messages qu’à leur qualité rédactionnelle. Ensuite, il suffit généralement d’effectuer une recherche sur Internet pour vérifier la véracité du message. En l’occurrence, l’auteur fait référence à des articles de presse, auxquels les internautes sont censés pouvoir accéder en cherchant “facebook payant” dans leur moteur de recherche. Enfin, songez à faire preuve de bon sens. Si Facebook devait passer à une formule payante, il vous en avertirait avec une notification et par email. De plus, il est évident que coller un message sur votre fil d’actualité ne garantit en rien que le réseau social n’utilisera pas vos photos et messages publiés sans votre consentement. Dès lors, mieux vaut songer à vérifier l’exactitude d’une information avant de partager un message sur le réseau social, sans quoi vous prenez part à un cercle vicieux qui poussera toujours davantage de membres à partager de faux statuts sur leurs profils et pages.