Deux ans. C’est le temps qu’il aura fallu à TomTom pour nous proposer un GPS digne de ce nom pour les motards. Plus abouti que son ainé, le Rider 400 est sans doute la solution la plus adaptée aux motards qui recherchent un système de navigation fonctionnel sans pour autant vouloir en exploiter tout le potentiel.

© E.F.
© E.F.

Décliné en deux versions (Rider 40 et 400), qui se distinguent par le nombre de pays couverts (23 pour le 40, et 45 pour le 400), le nouveau système de navigation de TomTom se distingue de ses concurrents par la fluidité de son interface, sa qualité de fabrication et la rapidité de calcul des itinéraires. En deux ans, TomTom a fait un effort considérable pour améliorer les performances de son GPS, qui dispose d’une interface extrêmement stable et facile à utiliser. L’écran tactile de 4,3″ du GPS est non seulement renforcé pour résister aux chocs mais aussi conçu pour offrir une visibilité parfaite dans les grands extérieurs, même lorsque le soleil est à son zénith. De ce fait, on ne voit pas l’ombre d’un reflet sur cet écran très lumineux, qui supporte le multitouch et introduit une technologie tactile similaire à celle que l’on trouve sur les smartphones de luxe. Très précis, le contrôle tactile permet de naviguer facilement à travers une interface épurée, et de sélectionner sa destination en quelques secondes. Beaucoup plus rapide que son ainé, le Rider 400 calcule un itinéraire complet en quelques secondes seulement. Comme les nouveaux systèmes de navigation pour voitures du fabricant néerlandais, il permet également d’effectuer une recherche sans devoir passer par chaque étape, du pays au code postal en passant par la rue. Il suffit d’entrer par exemple “Gare de Bruxelles” pour voir apparaître plusieurs choix possibles. De la même manière, les points d’intérêt sont nombreux et très bien référencés. Le nouveau moteur de recherche de TomTom permet non seulement de réduire le nombre d’étapes nécessaires pour obtenir des résultats, mais aussi de trouver plus facilement des points d’intérêt à proximité de son lieu de destination. En cherchant par exemple “parking gare Bruxelles midi”, le pilote obtiendra rapidement plusieurs résultats qui lui permettront de trouver sans encombre une zone pour se garer. De la même manière, on notera que de nombreux points d’intérêt sont référencés lors d’un parcours et s’affichent sous la forme de petites icônes sur l’itinéraire, permettant au pilote de choisir de s’arrêter pour faire le plein ou se garer quelques minutes pour se reposer.

Le TomTom Rider 400 est également un véritable régal à utiliser au quotidien, ne serait ce que pour son interface qui s’adapte instantanément à l’orientation du GPS – en mode paysage, pour une meilleure vision, mais aussi en mode portrait -, son processeur qui permet un recalcul d’itinéraire quasi-instantané en cas d’embouteillages, ou encore sa compatibilité Bluetooth, qui permet d’entendre les instructions vocales dans son casque à l’aide d’une oreillette. Beaucoup plus intéressant encore : TomTom a revu sa stratégie et propose désormais ses cartes ainsi que les infos trafic gratuitement et à vie. Plus besoin dès lors d’opter pour un abonnement annuel qui aurait fait grimper la facture après la première année d’utilisation…

© E.F.
© E.F.

Très efficace, le système de fixation assure une sécurité optimale lors des déplacements. Plus surprenant : il est également très simple à installer, sur presque tous les types de guidon. Rotatif, le support a été conçu pour offrir une grande flexibilité au motard, qui pourra utiliser son GPS en mode paysage ou portrait, selon ses envies.

TomTom innove également avec un nouveau mode de conduite qui propose aux motards d’emprunter uniquement des routes sinueuses, d’éviter les routes congestionnées et les centre-villes pour des sensations de conduite exceptionnelles. Personnalisable, grâce à trois niveaux d’intensité et de dénivelés, l’outil est idéal pour découvrir des routes champêtres et éviter les axes les plus congestionnés. Pour les grands voyageurs, autant dire que cette option sera un véritable délice pour explorer les plus belles régions du monde! En revanche, n’espérez pas battre des records de vitesse puisque l’outil de TomTom choisit par défaut les routes les plus isolées et donc pas forcément les plus rapides.

© E.F.
© E.F.

Nettement plus évolué que son prédécesseur, le Rider 400 affiche néanmoins quelques défauts plutôt gênants pour les utilisateurs les plus exigeants. Au volant, il est difficile voire impossible de modifier sa destination en raison de la taille réduire des icônes, pratiquement impossibles à atteindre avec un gant. Beaucoup plus inquiétant pour les routards, le Rider 400 n’offre qu’une gestion désastreuse des roadbooks. Beaucoup trop limitées, les options ne devraient satisfaire que les motards les moins exigeants qui ne parcourent pas plus de quelques centaines de kilomètres par semaine. Dommage, car avec une gestion plus poussée des roadbooks, le Rider 400 aurait sans doute été incontournable, même pour les motards les plus expérimentés. En l’état, il demeure un excellent GPS pour tous ceux qui ne recherchent pas forcément les fonctionnalités les plus compliquées…

Conclusion

A défaut d’être incontournable pour les motards les plus expérimentés, le nouveau GPS de TomTom représente une excellente mise en bouche pour les débutants ou les motards qui ne cherchent pas forcément des milliers d’options. Très fonctionnel grâce à son écran tactile de 4,3″ à la fois très lumineux et précis, le Rider 400 est un véritable délice à utiliser sur les routes. Certaines nouvelles fonctionnalités, comme le mode “Parcours à sensations” devraient également représenter un véritable argument de vente pour tous ceux qui souhaitent découvrir de nouveaux parcours champêtres. Incontournable pour les débutants, le GPS de TomTom s’impose sans trop de difficulté comme l’un des meilleurs systèmes de navigation du moment pour explorer les routes du pays à vive allure.