Bien connu des propriétaires de PC, HearthStone est rapidement devenu un véritable phénomène de mode sur smartphones. Aussi populaire que 2048, Angry Birds et Doodle Jump, le titre de Blizzard tire toute sa richesse de sa complexité et de son univers très travaillé. Addictif, il fait également partie de ces rares jeux capables de vous garder scotché à votre smartphone durant des dizaines d’heures…

hearthstone

Par les créateurs de World of Warcraft

S’ils ne sont pas très productifs, les développeurs de chez Blizzard ont le mérite de réussir avec brio chaque lancement. Leur plus célèbre jeu, World of Warcraft, est joué par des dizaines de millions de personnes à travers le monde, depuis des années… Basé sur l’univers de Warcraft, Hearthstone reprend dans les grandes lignes le gameplay du très populaire jeu de cartes Magic, qui faisait fureur dans les cours de récréation dans les années 90. Ici, pas de scénario alambiqué, ni de mise en scène à grand renfort d’effets spéciaux. Blizzard se concentre sur l’essentiel : des duels épiques avec des centaines de cartes à collectionner.

deck

Cartes mania

Comme dans Magic, le joueur doit créer son propre deck, qui est constitué de 30 cartes. Parmi celles-ci, on retrouve bien sûr différentes créatures issues de l’univers de Warcraft, mais aussi des sorts qui permettent de prendre un très net avantage tactique sur l’opposant. Pour gagner, le joueur doit donc prendre soin de créer un deck équilibré, mais aussi collecter de nombreuses cartes. Celles-ci peuvent être achetées avec de l’argent réel ou virtuel, gagné dans le jeu. Là où cela devient intéressant, c’est dans le fait qu’il n’est pas nécessaire d’acheter de nombreuses cartes pour progresser. Chaque jour, une mission bien précise (gagner 2 combats avec une classe, invoquer 30 créatures, gagner 7 matchs,…) permet de remporter de la monnaie virtuelle, qui peut ensuite être dépensée pour l’achat de cartes, ou d’extensions. Pour les collectionneurs, autant dire que cet aspect a de quoi vous rendre totalement accro, d’autant que les cartes sont nombreuses, qu’il en existe des « rares », et qu’il est possible de supprimer certaines cartes pour récupérer de la poussière qui permet de créer de nouvelles cartes…

hearthst

Des duels épiques

L’autre intérêt d’Hearthstone, c’est bien sûr son mode multijoueur. Car s’il est possible de progresser à travers deux extensions, qui débloquent de nombreuses cartes, et de participer à des challenges, tout l’intérêt du jeu réside dans son mode multijoueur, qui permet d’affronter des amis ou des personnes du même niveau que vous.

Si les premiers niveaux se gagnent facilement, il vous faudra beaucoup de temps et de patience pour dépasser le niveau 17 et grimper dans le classement. Les adversaires sont coriaces et maîtrisent leurs decks. A partir d’un certain niveau, le deck de base ne permet plus non plus d’évoluer, et il devient nécessaire d’améliorer son deck avec les cartes achetées ou gagnées dans les deux extensions du jeu.

Pour remporter la partie, le joueur doit éliminer son adversaire en faisant chutes ses points de vie de 30 à 0. Pour ce faire, il peut utiliser différents sorts qui le visent directement ou visent ses serviteurs. Au début de la partie, un seul cristal est disponible, ce qui signifie que seules des créatures de très faibles niveaux peuvent être invoquées. Le titre se jouant au tour par tour, chaque joueur gagne un nouveau cristal à chaque tour, jusqu’à atteindre un total de 10 cristaux. Chaque créature invoquée dispose également de ses propres caractéristiques, avec un certain niveau de vie et d’attaque. Certaines unités donnent également quelques avantages tactiques comme un bouclier qui les protège des attaques ou un gain de vie par exemple.

Là où cela devient vraiment intéressant, c’est dans le fait qu’il existe au total 9 classes, qui disposent de leurs propres sorts et serviteurs. Maîtriser chacune de ces classes nécessitera beaucoup de temps et de patience, mais aussi de clairvoyance. Notons qu’en outre, chaque classe peut activer un pouvoir spécifique coûtant deux cristaux manas, qui active une arme, un gain de santé ou une créature.

Un mode Arène, payant, permet également de récupérer des paquets de cartes, de la monnaie virtuelle et de la poussière à moindre frais. Mais attention, car pour espérer remporter des lots intéressants, il faudra remporter de nombreuses parties avant de perdre trois manches, à l’issue desquelles la partie s’arrêtera.

hearthss

Totalement addictif

S’il ne propose aucun mode solo digne de ce nom, et se limite globalement à des affrontements en ligne, HearthStone n’en demeure pas moins un jeu extrêmement bien ficelé qui parvient à vous tenir scotché à votre smartphone des heures durant. Contrairement à 2048 ou Angry Birds, Hearthstone réussit l’exploit de maintenir un certain intérêt au cours des parties, puisqu’il vous faudra des mois voire des années pour collecter toutes les cartes, et surtout gagner des niveaux. Parfait exemple du F2P réussi, le titre de Blizzard ne force aucun achat mais se révèle si addictif qu’il est difficile de ne pas craquer pour ses extensions… Attention cependant, puisque la facture peut vite grimper à une centaine d’euros. Apprendre à se maîtriser des achats impulsifs est donc une nécessité. Subtile, le jeu de Blizzard est incontestablement un jeu qui mérite le coup d’œil, que vous aimiez ou non les jeux de cartes ou l’univers de Warcraft.

roche

Deux extensions qui méritent le coup d’œil

Si elles ne sont pas données, les deux extensions proposées par Blizzard permettent de se procurer plusieurs centaines de cartes inédites qui viendront renforcer vos decks. Certaines cartes légendaires sont d’une efficacité redoutable, mais pour les obtenir, il faudra vaincre les nombreux adversaires virtuels, et surtout les défis, parfois très coriaces. Notons que si vous ne souhaitez pas dépenser un seul euro, vous pourrez vous procurer les deux extensions progressivement avec la monnaie virtuelle gagnée dans le jeu. La tâche risque cependant d’être plutôt ardue vu le prix de chaque extension…

Hearthstone est disponible gratuitement sur PC, Android et iPhone. Choisissez la version à télécharger en cliquant sur ce lien.