Le spécialiste français du drone Parrot annonce la production de 13 nouveaux robots connectés répartis en 3 familles dédiées à l’action sur terre, dans les airs et sur l’eau venant grossir son offre Minidrones.

Le Parrot Minidrone Hydrofoil NewZ sera commercialisé 169 euros.
Le Parrot Minidrone Hydrofoil NewZ sera commercialisé 169 euros.

C’est au CES de Las Vegas (États-Unis) en 2014 que Parrot a présenté son tout premier Minidrone, un poids plume équipé de roues, capable de rouler et de sauter pour franchir n’importe quel obstacle. Depuis, son offre commerciale n’a cessé de s’étoffer avec ses collections Rolling Spider et Jumping Sumo. La nouvelle génération de Minidrones que va lancer Parrot durant l’été 2015 est prête quant à elle à affronter tous les obstacles qui viendraient se mettre sur leur chemin.

Les “Jumping” drones sont des robots terrestres, disposant de roues rétractables, d’une caméra embarquée et pilotables en Wi-Fi. Leur flux d’image est retransmis en streaming sur l’écran du périphérique de pilotage. Ces nouveaux appareils sont capables de sauter jusqu’à 80cm en hauteur et en longueur en retombant systématiquement sur leurs roues, pour une vitesse maximale de 7km/h. Une déclinaison “Night” comprend la vision nocturne grâce à ses deux puissantes leds tandis que la “Race” peut avancer jusqu’à 13km/h. L’ensemble de cette gamme devrait être commercialisée à partir de 199 euros.

De leur côté, les robots “Airborne” se présentent comme de véritables voltigeurs, à la fois compact et très légers (58g), pilotables par Bluetooth. Truffés de capteurs, ils promettent d’être parfaitement stables en l’air, pouvant même réaliser des loopings et atteindre une vitesse de pointe de 18km/h. Là encore, cette collection sera déclinée en version “Night” et “Cargo”, cette dernière version pouvant embarquer divers accessoires, le tout à partir de 99 euros seulement.

Mais la plus grosse innovation est toutefois à chercher du côté du Parrot Hydrofoil, une sorte de catamaran propulsé par les quatre hélices permettant de naviguer par Bluetooth aussi bien dans l’air que sur l’eau, une première pour le constructeur français. Il s’agit en fait d’un drone volant fixé sur un hydroptère, un bateau capable de s’élever hors de l’eau à haute vitesse, jusqu’à 5,4 nœuds (l’équivalent de 10km/h). Désolidarisé de sa structure nautique, le drone peut alors fendre l’air, dans la limite de 18km/h. Son autonomie sur l’eau est limitée à 7min, mais sa charge est assez rapide, de l’ordre de 25min. Ce drone d’un nouveau genre sera disponible à 169 euros.

Tous ces robots se pilotent depuis un smartphone ou une tablette via l’application gratuite FreeFlight3.

AFP