Quelques centaines de clients privilégiés sont invitées à recevoir et à essayer la box télé nouvelle génération du câblodistributeur avant son grand lancement sur le marché en été.

© Le Soir
Photo numérisée depuis une note interne de l’opérateur qui présente son nouveau décodeur © Le Soir

C’est une mini-révolution que Voo prépare pour l’été. Le câblodistributeur, qui compte 900.000 abonnées à la télévision à travers le pays, vient de lancer un test grandeur nature de son tout nouveau décodeur numérique baptisé «.évasion». L’opérateur est en train d’installer cette box en avant-première et gratuitement chez quelques centaines de clients fidèles qui ont souscrit à des formules musclées, comme du triple play (télévision, internet, téléphone) haut de gamme.

«Après avoir testé le Voo .évasion en interne, nous souhaitons rôder notre nouveau système et nos procédures en dehors de nos murs», confie Patrick Blocry, porte-parole du câblo qui ne dévoile cependant pas plus d’éléments au sujet du nouveau boîtier avant une communication officielle prévue dans le courant de ce mois et un lancement public du produit entre la fin juin et la rentrée de septembre.

On ignore donc si le nouveau venu remplacera purement et simplement le vénérable Voocorder lancé en juin 2009 ou s’il viendra se positionner comme produit premium. Il est par contre certain que la Voobox, décodeur minimaliste, est en voie d’extinction: elle n’est plus produite, même si quelques milliers d’exemplaires sont encore en circulation chez les revendeurs agréés.

Un mur vidéo

C’est dans la brochure accompagnant l’invitation à une installation en avant-première que l’on trouve les premiers éléments d’informations sur le Voo.évasion. Celui-ci est doté d’une interface «fluide et conviviale», avec un «mur vidéo» invitant à découvrir par thèmes les contenus des chaînes et du catalogue VOD. A la façon de Netflix, cette vidéo à la demande dotée d’une mémoire intuitive «tient compte des envies de l’utilisateur et lui suggère des programmes qui correspondent à ce qu’il aime». Le client se promène dans les menus à l’aide d’une télécommande «épurée et intuitive».

Le Voo .évasion permet en outre d’effectuer un retour au début du programme en cours, de remonter jusqu’à sept jours en arrière dans la grille «d’une majorité de chaînes» et de programmer jusqu’à trois enregistrements simultanés. Comme le disque dur est amovible (contrairement à celui du Voocorder), l’utilisateur pourra archiver ses contenus, moyennant l’achat d’une nouvelle mémoire interne.

Rattraper Proximus

Clairement, il s’agit pour Voo de rattraper son retard par rapport à son principal concurrent en matière de diffusion télé, à savoir Proximus TV, et à son décodeur de cinquième génération qui est doté depuis peu (au même titre que les anciennes générations de décodeurs Proximus TV) d’un accès aisé à Netflix.

«Pour nous, la durée d’enregistrement sur disque dur n’a plus beaucoup de sens car, aujourd’hui, c’est l’intelligence du réseau qui a pris le pas sur les caractéristiques techniques du décodeur, réagit Haroun Fenaux, porte-parole de Proximus qui comptait, fin décembre, 1,53 million de décodeurs en activité. Nous préférons miser sur le cloud pour permettre à nos clients de consulter leurs contenus sur tous leurs écrans, du téléviseur au smartphone en passant par la tablette.»

Reste à voir les services et les fonctions que pourrait encore dévoiler Voo d’ici quelques semaines, en même temps que sa nouvelle box.

Julien Bosseler