Présenté en bonne et due forme dans la capitale britannique, le nouveau smartphone haut de gamme du fabricant chinois Huawei fait les yeux doux aux propriétaires d’iPhone avec son interface calquée sur iOS, son design élégant et son prix particulièrement attractif.

Le P8 adopte un design ultra-fin - © E.F.
Le P8 adopte un design ultra-fin – © E.F.

En l’espace de quelques années seulement, Huawei est parvenu à rattraper son retard sur la concurrence et propose aujourd’hui une gamme complète de terminaux allant du smartphone low-cost à la phablette. Plus petit que le Mate 7, le smartphone extra-large de Huawei présenté lors de l’IFA de Berlin en septembre dernier, le P8 pourrait bien venir jouer les trouble-fêtes en faisant de l’ombre à l’iPhone 6 d’Apple et au Galaxy S6 de Samsung.

Un design audacieux

Visant très clairement la gent féminine, le P8 de Huawei arbore un design élégant et très chic, capable d’attirer l’attention des médias spécialisés et des magazines de mode. Lors de sa conférence de presse, le fabricant chinois a d’ailleurs beaucoup insisté sur le design de son terminal, qui adopte comme le Mate 7 un boitier en métal, plus résistant que le plastique ou le verre, mais aussi plus élégant. Le choix d’un matériau noble a bien sûr un effet direct sur le prix du terminal, qui grimpe de quelques dizaines d’euros par rapport au P7. Mais pas de quoi vraiment crier au scandale puisque l’élégance est là est Huawei est parvenu à rattraper Samsung au niveau de la conception de ses terminaux. Plus fin que le S6 et très léger, le P8 fait preuve d’un design audacieux avec de jolies bordures sur son cadre métallique, un appareil photo parfaitement intégré au châssis et des boutons très bien situés. Très agréable à prendre en main, le P8 n’est ni trop grand, ni trop petit.

Des specs comparables au Galaxy S6, pour un prix inférieur de 200 euros

Le design est vraiment très élégant - © E.F.
Le design est vraiment très élégant – © E.F.

Parfaitement centré, son écran Full HD de 5,2″ s’étend d’un bord à l’autre de l’écran. S’il n’atteint pas l’excellence de l’écran du S6, sa résolution de 424ppi et son verre Gorilla Glass 3 le classent néanmoins parmi les terminaux les mieux équipés.

Côté puissance également, le P8 se défend plutôt bien avec un processeur Hisilicon Kirin “maison”, octo-cores, cadencé à 2Ghz, et épaulé par 3 Go de RAM. Autant dire que les quelques petits ralentissements du P7 ont désormais complétement disparus et que l’appareil tourne avec une fluidité exceptionnelle. Sur Antutu, le P8 dépasse d’abord son maître, le Mate 7, en obtenant un score de 50.700. Certes, ça ne vaut pas le S6, mais le résultat reste époustouflant pour un smartphone à moins de 500 euros. Notons néanmoins que si ce gain en puissance offre une meilleure stabilité, le P8 n’est pas forcément le meilleur choix pour le gaming. Nous avons pu le constater en jouant à Real Racing 3, qui, s’il tourne parfaitement sur le P8, souffre d’un rythme d’affichage beaucoup plus lent que sur le S6. Pour cette raison, le P8 n’est très clairement pas un smartphone qui se destine aux geeks mais davantage au très grand public.

En ce qui concerne l’autonomie, le P8 se défend plutôt bien et parvient même à surclasser le S6 et l’iPhone 6, offrant sans trop de difficulté une journée complète d’autonomie. Certes, le Mate 7 double la dose, mais pour un smartphone “compact”, le P8 s’en sort globalement plutôt bien.

Le P8 est dual-SIM - © E.F.
Le P8 est dual-SIM – © E.F.

Face à la concurrence, le P8 peut également compter sur quelques spécificités “maison”, avec notamment une fréquence 4G globale, qui vous permettra d’utiliser le P8 dans n’importe quel pays, un signal d’une fluidité exceptionnelle et une fonction dual-SIM. Comme son ainé, le P8 intègre en effet un port microSD qui peut se convertir en port dual-SIM pour héberger une seconde carte SIM lors d’un voyage à l’étranger. A noter néanmoins que contrairement au P7, le P8 n’accueillera que les cartes nano-SIM.

Dans l’ensemble, le flagship de Huawei s’en sort donc plutôt bien. S’il ne parvient pas vraiment à dépasser le S6 ou l’iPhone 6 au niveau des spécificités, il affiche des performances tout à fait honorables pour un haut de gamme, et parvient à tirer son épingle du jeu grâce à un tarif attractif (499 euros, contre 699 euros pour le S6) et un design très élégant, qui plaira tant à la gent féminine que masculine. Notons cependant que deux arguments feront définitivement pencher la balance en faveur du P8 auprès de certains consommateurs…

Idéal pour les selfies

Comme son grand frère, le P8 est doté d’un duo de caméras très efficace, avec un APN de 13 mégapixels à l’arrière, qui s’en sort très bien même dans des environnements peu éclairés, et un APN frontal de 8 mégapixels, idéal pour les selfies. Si l’on optera en réalité pour l’option 6 mégapixels, pour éviter le format 4/3 et élargir le champ de vue, l’appareil frontal s’en sort globalement très bien en permettant de réaliser de très bons selfies de jour, de qualité plus discutable de nuit. Si on n’atteint pas le niveau d’excellence du S6, qui garde une petite longueur d’avance sur Huawei, le P8 parvient à tirer son épingle du jeu grâce à quelques fonctionnalités fort sympathiques, comme un mode “réalisateur” qui permet de tourner une vidéo à l’aide de quatre P8 pour réaliser une vidéo multi-angles. Bien sûr, il faut avoir trois amis suffisamment branchés pour posséder un P8… Egalement au programme : un mode qui corrige automatiquement les défauts des photos, avec des corrections qui s’étendent sur une échelle de 10 et permettent de supprimer par exemples les coups de soleil ou une barbe d’un jour. Plutôt intéressant, pour peu que l’option soit utilisée à faible dose.

Ci-dessous, vous retrouverez d’ailleurs quelques photos prises par nos soins avec les deux APN du P8.

Une interface très iOSisée

Tout comme Xiaomi, Huawei mise également sur une interface Android calquée sur iOS, avec des menus et fonctions très accessibles et un goût prononcé pour le flat design. Très élégante, l’interface du P8 réserve encore quelques petits bugs d’affichage qui nous rappellent que Huawei est encore jeune sur ce marché. Mais dans l’ensemble, l’interface reste très agréable à utiliser et la surcouche du fabricant fait probablement partie de ce qui se fait de mieux sur Android pour le grand public. Nettement moins kitch que celle de Samsung, plus amusante que celle de HTC et élaborée que celle de Wiko, EUI est incontestablement une franche réussite.

Sans surprise, Huawei profite du passage à Lollipop pour intégrer quelques nouvelles fonctionnalités, comme la capture d’écran avec le double-clic, la possibilité de réaliser une capture d’une partie de l’écran seulement en l’entourant avec son doigt et… c’est à peu près tout.

Et c’est sans doute là que réside le plus gros défaut du P8, qui, à défaut de bénéficier de grosses améliorations à tous les étages, se contente d’un redesign complet et d’un meilleur processeur. Certes, il s’agit là de l’essentiel, mais on aurait sans doute apprécié davantage de nouveautés, tant au niveau du logiciel que du hardware. Reste que vu son prix de vente, il est difficile de faire la fine bouche…

Conclusion

Nettement plus fluide et élégant que son ainé, le P8 est une excellente alternative aux smartphones haut de gamme de Sony, HTC et Samsung. Très simple à prendre en mains, grâce à son interface calquée sur iOS, le flagship de Huawei est surtout proposé à un tarif très attractif (200 euros moins cher que la concurrence), pour des spécificités quasi identiques. Il peut en outre compter sur quelques atouts comme son APN frontal qui permet de capturer d’excellents selfies, son port dual-SIM, idéal pour les voyageurs, et son design très classe, qui plaira tant à la gent masculine que féminine. Certes, Huawei pourra sans doute encore améliorer sa copie, mais pour un smartphone à moins de 500 euros, le P8 figure sans nul doute parmi les terminaux offrant le meilleur rapport qualité / prix.