Des modifications apportées aux règles d’utilisation de Youtube lèvent le voile sur l’offre payante de Youtube.

© AFP
© AFP

Si les internautes auront le choix d’opter entre la version classique, supportée par les annonces publicitaires, et la version payante de Youtube, les créateurs de contenu n’auront pas cette chance. Google a en effet indiqué cette semaine que les créateurs de contenu devront souscrire à un abonnement pour continuer à offrir du contenu sur leur chaîne Youtube.

Si le montant de l’abonnement mensuel ne devrait pas excéder une dizaine d’euros, nombreux sont déjà les utilisateurs à se révolter contre le diktat de Google, qui risque de voir une partie de la communauté s’exiler sur des plates-formes concurrentes.

Ce changement de stratégie au sein du groupe risque également d’affecter la quantité de contenu disponible pour les internautes, puisque ceux qui n’accepteront pas de souscrire à l’offre payante verront leurs vidéos déjà postées sur la plate-forme basculer en mode privé.

Si les médias, entreprises et chaines les plus populaires accepteront sans doute de souscrire à l’offre payante, de nombreux utilisateurs qui ne se connectent que de manière occasionnelle sur la plate-forme risquent d’abandonner leur chaine Youtube.

Faut-il pour autant s’attendre à un exode massif de Youtube ? Pour l’heure, difficile de dire dans la mesure où l’impact sur le grand public risque d’être énorme, mais où les utilisateurs disposant de chaines déjà assez populaires accepteront sans doute de rejoindre l’abonnement payant.

Selon Google, 55% des revenus récoltés avec les abonnements seront reversés à la communauté. Néanmoins, l’essentiel de ces revenus seront distribués aux chaines les plus populaires, Youtube reversant les montants sur base de l’audience enregistrée sur chaque chaine.