Disponible depuis quelques semaines en Belgique, le Xperia E4 fait partie du cercle très fermé des smartphones d’entrée de gamme. Proposé sous la barre des 100 euros, il démocratise qui est désormais accessible à tous. Mais que vaut réellement un smartphone Android à 99 euros? La réponse dans notre test complet!

© E.F.
© E.F.

Ce n’est un secret pour personne : Sony va mal. Malgré une restructuration complète de ses activités, le géant nippon peine à faire décoller ses ventes de smartphones Xperia. Si son porte-étendard, le Xperia Z3, s’est plutôt bien vendu, on ne peut malheureusement pas en dire autant de ses milieux de gamme. Pour faire augmenter les volumes, Sony mise donc sur l’entrée de gamme, avec son Xperia E4, un smartphone doté d’un écran de 5″ aux performances plutôt impressionnantes sur le papier et au prix particulièrement attractif.

Reprenant en grande partie le design des précédents terminaux de la gamme Xperia, le Xperia E4 adopte néanmoins des formes beaucoup moins attirantes que le flagship de Sony, avec une coque en plastique au design très conventionnel et un bouton “power” qui dépasse généreusement sur la tranche du smartphone. Dès le premier contact, on se rend d’ailleurs compte du plus gros atout de ce smartphone, qui est sans nul doute son écran de 5″ à la définition qHD (960×540), qui s’en sort très honorablement vu le prix particulièrement bas du smartphone. Comparable au Moto E2 au niveau des spécificités, le Xperia E4 fait forte impression sur le banc technique, avec un processeur quad-core cadencé à 1,3Ghz, un APN de 5 mégapixels et une connectivité 3G ou 4G selon votre budget. Dans la pratique néanmoins, le constat est loin d’être aussi brillant puisque l’APN de 5 mégapixels en question peine à impressionner une fois placé face à face avec le Lumia 535 par exemple, avec des photos de piètre qualité en basse luminosité, et des clichés qui manquent résolument de sex-appeal au niveau colorimétrique. A l’avant, le résultat n’est guère plus concluant avec un APN de 2 mégapixels qui a tendance à surexposer le sujet. Plus inquiétant, le processeur quad-core, signé MediaTek, ne se montre pas à la hauteur d’Android 4.4, puisqu’à l’origine de nombreux ralentissements lors de la navigation dans l’interface. Ceci étant dit, le Xperia E4 s’en sort plutôt bien au niveau des applications puisque le processeur MediaTek gère parfaitement le gaming et permet de faire tourner sans trop de difficultés des jeux exigeant pourtant de fortes ressources comme Asphalt 8 ou Real Racing 3.

© E.F.
© E.F.

S’il n’est pas le plus véloce ni le plus fluide des smartphones d’entrée de gamme, le Xperia E4 parvient à tirer son épingle du jeu au niveau de son autonomie qui tiendra sans difficulté une journée et pourra même permettre aux utilisateurs les plus économes de tenir jusqu’à deux journées avec une seule charge. Elégant, le smartphone de Sony a également le mérite d’offrir une excellente connectivité (version 3 et 4G / port microSIM), et d’embarquer l’une des dernières versions d’Android, à savoir Android 4.4 Kitkat. Comme toujours, la surcouche du fabricant et très légère, et se contente d’ajouter quelques petits outils pratiques pour l’utilisateur, comme le fameux “Walkman” (lecteur audio) du fabricant, et les nombreux services Xperia et Play de Sony, pour une offre somme toute assez solide.

Au final, on reprochera sans doute le plus que Xperia E4 le choix de son processeur, qui est malheureusement loin d’être à la hauteur, même pour un smartphone d’entrée de gamme. Pas très fluide sur les terminaux d’entrée de gamme, Android reste un choix hasardeux pour un smartphone à moins de 150 euros. De manière générale, Microsoft garde donc une longueur d’avance sur Android au niveau de la fluidité, grâce à la légèreté de son OS, qui s’installe facilement même sur les configurations les plus basiques. Ceci étant, Windows Phone souffre toujours des mêmes défauts, et ceux qui sont prêts à accepter quelques ralentissements auront accès à un très vaste catalogue d’applications depuis leur terminal Android. Plus élégant et offrant une batterie nettement supérieure à celle de ses deux concurrents – les Moto E2 et Lumia 535, le Xperia E4 fera sans doute mouche auprès des 14-18 ans grâce à un prix de vente finalement très attractif et des performances somme toute très correctes pour un terminal low-cost.

© E.F.
© E.F.

Conclusion

S’il n’est pas aussi fluide que le Lumia 535, ni aussi à la page que le Moto E2, le Xperia E4 n’en demeure pas moins une bonne alternative aux meilleurs smartphones d’entrée de gamme. Son écran de qualité, sa qualité de fabrication et son excellente autonomie en font un terminal très agréable à utiliser au quotidien. Certes, il faudra composer avec quelques ralentissements au niveau de l’interface, mais pour un peu moins de 100 euros, les acheteurs auront droit à une offre tout à fait correcte pour un terminal low-cost.