L’opérateur souhaite vérifier le niveau de sécurité de son environnement numérique et la protection des données de ses clients avec des pirates éthiques.

mobilevikings-hanssimilon
Hans Similon, directeur de Mobile Vikings

Mobile Vikings suivra prochainement l’exemple de nombreuses entreprises actives sur le web et dans les télécoms en invitant des hackers à attaquer son infrastructure. Bien entendu, les candidats devront travailler dans un esprit de collaboration. A cet effet, la plateforme HackerOne a été sélectionnée. Elle fonctionne sur le principe des bug bounty: lorsqu’une faille a été détectée, une récompense est fournie au chercheur.

Hans Similon, Chief Viking: « Il n’existe malheureusement pas de système parfaitement sécurisé, mais nous voulons tendre au maximum vers cet idéal et l’innovation est essentielle à cet effet. Pour faciliter la vie de nos Vikings, d’une part, mais la rendre plus sûre aussi dans ce cas. »

Mobile Vikings a été amené vers cette méthode de sécurisation par Inti De Ceukelaire, un jeune hacker de 19 ans qui jouit déjà d’une expérience phénoménale puisqu’il figure dans le Google Hall of Fame et se classe en septième position du top 10 de Yahoo. L’étudiant en deuxième année de technologie Multimédia & Communication a signalé une faille à l’opérateur en considérant que ce dernier aurait l’intelligence de faire appel à la communauté pour améliorer son infrastructure. C’est désormais chose faite.

Inti De Ceukelaire, décidément très érudit, regrette profondément que cette activité ne soit pas couverte par un cadre légal comme c’est le cas chez nos voisins hollandais.