C’était devenu presque une habitude depuis quelques années. Absents du salon, Google, Microsoft et Apple laissaient le champ libre à Samsung et LG, les deux frères ennemis, qui monopolisaient à eux seuls l’attention des médias. Pour la première fois depuis leur ascension, les marques coréennes n’avaient pas grand-chose à montrer lors de leurs conférences respectives au CES, qui était envahi pour la première fois de son histoire par les marques allemandes…

© AFP
© AFP

On avait déjà observé l’année dernière la progression fulgurante de l’espace alloué aux constructeurs automobiles au salon des nouvelles technologies de Las Vegas. Cette année, Mercedes, Audi et BMW occupaient toute l’attention des médias avec leurs véhicules autonomes.

Mercedes tout d’abord, présentait un prototype de voiture du futur, capable de se mouvoir seule, et optant pour une configuration inédite, plaçant le conducteur en vis-à-vis des passagers. Audi, lui, introduisait sa nouvelle voiture de sport en annonçant que celle-ci entamerait un parcours de 885 kilomètres en pilote automatique après sa conférence de presse. Enfin, BMW dévoilait son nouveau modèle de berline, capable d’éviter les obstacles et de se garer automatiquement.

Symboles de la réussite allemande, les trois marques ont littéralement effacé les annonces des géants du tech, qui étaient venus, il est vrai, avec de bien maigres surprises dans leurs poches.

Cette année, pas de technologie révolutionnaire pour les téléviseurs, qui se contentent d’être plus «Smart», ni de smartphone / tablette qui sorte du lot. LG avait emmené un seul et unique smartphone dans ses valises, lequel n’était jamais qu’une refonte d’un modèle déjà très critiqué l’an dernier. Samsung, lui, présentait sa nouvelle gamme de haut-parleurs, de nouveaux téléviseurs UHD et… un disque SSD de luxe.

Pour trouver de l’innovation, il fallait en réalité regarder du côté des plus petits fabricants, qui étaient venus nombreux pour présenter leurs objets connectés. De la caméra capable d’identifier les membres d’une famille au « pot connecté », en passant par le drone à selfies, les innovations étaient nombreuses sur les stands du salon.

Décevante pour les geeks, cette édition 2015 du CES aura néanmoins été une révélation pour le secteur automobile, qui a trouvé dans l’innovation technologique une nouvelle source d’inspiration.

2 Commentaires

  1. Point positif de ces voitures connectées, on peut supposer qu’elles éviteront les comportements de chauffards que l’on voit régulièrement sur les routes. Quoique le danger ne sera plus la voiture connectée mais celui qui trouve qu’elle ne va pas assez vite à son goût et entreprendra de la dépasser par tous les moyens, même si elle est sur la bande de gauche à la vitesse légale… Point négatif : les hackers vont trouver un nouveau terrain de jeu…

    • Vu la facilité avec laquelle on peut commander une voiture à distance rien qu’en plaçant un petit module sur l’ordinateur contrôlant la direction assistée… C’est déjà fait.
      La seule différence, c’est qu’il ne faudra plus d’accès physique. (Mais bon, les parkings sont tellement bien gardés… Hum!)

Comments are closed.