Venu présenter ses dernières innovations au salon des nouvelles technologies de Berlin, Samsung réservait une surprise de taille aux médias avec le Gear VR, un casque de réalité virtuelle qui pourrait bien susciter l’engouement du grand public et des professionnels de la vente.

© E.F.
© E.F.

Très proche du casque de réalité virtuelle de Sony dans son design, et du casque d’Oculus dans son concept, le Gear VR est le fruit d’une collaboration entre Samsung et la filiale de Facebook, qui est parvenue à s’imposer comme un précurseur dans le domaine de la réalité virtuelle.

Le dispositif de Samsung se démarque pourtant du casque Oculus à plusieurs niveaux. Tout d’abord parce que le Gear VR ne s’adresse pas quasi exclusivement aux gamers. Ensuite, parce que le dispositif de Samsung ne peut être utilisé sans le Galaxy Note 4, le nouveau smartphone grand format du constructeur. En pratique, cela signifie que pour faire l’acquisition du VR, le consommateur devra passer deux fois à la caisse. Le Note 4 sera facturé 749 euros, tandis que le Gear VR, dans lequel viendra se glisser le Note 4, sera proposé au prix de 199 euros. Une facture plutôt salée donc.

Etrange au premier regard, le fonctionnement du Gear VR est pourtant très simple à saisir. Le casque sert juste à accueillir le Galaxy Note 4, qui remplace ici l’écran qui équipe habituellement ce type de dispositif. Et sans surprise, cette première plongée dans la “réalité virtuelle” est une expérience très enrichissante. D’une part parce que l’on se rend compte que notre cerveau accepte vite le changement de règles, et d’autre part parce que les capteurs intégrés au Note 4 et au casque rendent l’expérience très ludique. Car il n’est pas seulement question ici d’un casque dans lequel s’affiche une image mais bel et bien d’une immersion complète dans un autre univers. Très vite, on s’aperçoit que les mouvements de la tête sont pris en compte dans l’équation, et que le monde qui nous entoure est beaucoup plus vivant qu’il n’y paraît.

Pour le consommateur, le concept du casque VR de Samsung devrait se traduire par une série d’expériences d’immersion prolongée dans un monde alternatif. Durant la première démo, nous nous sommes par exemple plongés à quelques dizaines de mètres sous la surface de l’océan, et avons observé la faune marine, qui évoluait autour de nous comme si de rien n’était. Dans une autre démo, nous avons pris place dans un cinéma virtuel et avons pu regarder une bande annonce de film, comme si nous étions nous-même au cinéma. La sensation d’immersion était dans les deux cas plutôt bluffante, et ce, malgré que quelques pixels de l’écran soient apparents. La vision à 96 degrés du casque permet réellement de se plonger dans une autre univers et de se couper complètement de notre monde.

Si on imagine plutôt mal utiliser le casque VR dans le train ou le métro, le Gear VR pourrait très bien s’adapter aux besoins des propriétaires de Galaxy Note 4 qui n’ont pas de téléviseur à la maison, ou qui souhaitent une expérience tout simplement plus immersive.

© E.F.
© E.F.

Plus intéressant encore, les interactions possibles dans le domaine du B2B sont énormes, et un responsable de la marque coréenne nous a confié que le Gear VR présentait un énorme potentiel dans ce secteur. On peut par exemple imaginer une agence immobilière proposer des visites virtuelles d’un logement à leurs clients, directement depuis l’agence, ou une agence de voyages proposer de brefs aperçus d’une destination aux voyageurs qui ont du mal à se décider…

Avec le soutien des développeurs, et des partenaires de Samsung, le Gear VR pourrait donc devenir une plate-forme incontournable pour les professionnels de la vente, et bouleverser les habitudes des consommateurs. Samsung ne proposant l’accessoire que via sa boutique en ligne, il semblerait que le Gear VR ne vise toujours qu’un marché de niche. Pour se le procurer, les Belges devront d’ailleurs passer par le magasin en ligne néerlandais, la branche belge de Samsung ne disposant pas encore de boutique en ligne.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.