Chromebook : faut-il craquer pour les ordinateurs portables bon marché de Google?

Lorsqu’on parle d’ordinateurs portables, on pense bien sûr au MacBook d’Apple mais aussi aux PC sous Windows, mais depuis peu, le consommateur belge a également le choix d’un nouveau type de machine avec le Chromebook. En l’occurrence, ce sont les C720 et C720P qu’Acer propose sur le marché belge pour le moment. Caractéristique principale de ces terminaux? Ils sont vendus à prix plancher. Mais attention aux mauvaises surprises…

Un design élégant, un prix attractif... mais des fonctionnalités très limitées © E.F.
Un design élégant, un prix attractif… mais des fonctionnalités très limitées © E.F.

Vendus respectivement à 269 et 349 euros en magasin, les Chromebooks C720 et C720P sont les deux premiers ordinateurs portables sous Chrome OS à débarquer en Belgique. D’ici quelques jours, d’autres modèles de HP et Samsung devraient être disponibles à la vente. Mais attention, car si ces machines semblent à priori très intéressantes en raison de leur tarif ridiculement bas, les fonctionnalités proposées sont plutôt limitées…

Contrairement aux PC sous Windows, les Chromebooks ne permettent pas d’installer de programmes tiers. Exit donc PhotoShop, Lightroom, Office et même Skype! Verrouillé, l’OS de Google se contente de proposer quelques applications préinstallées, et reposant toutes sur les services de Google. Mais là aussi, l’utilisateur est limité dans ses choix, puisque système d’exploitation cloud oblige, l’ordinateur sera pratiquement inutilisable une fois déconnecté du Wifi.

L’intérêt du Chromebook dépendra donc principalement de l’utilité que vous en aurez. Si vous cherchez une machine qui vous accompagne partout, mieux vaut opter pour un PC portable classique. Si vous souhaitez utiliser des programmes tiers, là aussi, mieux vaut s’orienter vers un autre choix. En revanche, si c’est une machine uniquement destinée à un usage à domicile, le Chromebook peut s’avérer être le juste choix. A condition, bien sûr, que vous n’en attendiez pas trop… Surfer, regarder des vidéos, écouter de la musique, chatter sur Hangouts et rédiger des documents avec la suite bureautique de Google seront à peu de choses près vos seules options. Inutile donc de préciser que si c’est une machine polyvalente que vous cherchez, mieux vaut vous tourner vers un autre OS…

© E.F.
© E.F.

En réalité, l’intérêt d’un Chromebook est très relatif. Pour les étudiants par exemple, il est préférable d’évoluer au sein d’un écosystème connu, et offrant une vaste compatibilité, comme Windows. Pour les utilisateurs qui recherchent juste une machine “bon marché”, une petite tablette 8 ou 10″ sous Android fera également parfaitement l’affaire. Quant aux professionnels, Windows et Mac présentent beaucoup plus d’atouts que cet OS aux fonctionnalités limitées. Reste alors quelques options dans divers secteurs. L’enseignement, par exemple, a offert une place de choix aux Chromebooks, notamment aux Etats-Unis, où un grand nombre d’établissements scolaires se sont équipés des petits ordinateurs portables de Google. Leur prix attractif en font en effet la machine idéale pour surfer et encoder des lettres ou documents. Pour les professionnels, le Chromebook peut également s’avérer être une excellente machine de remplacement en cas de panne, qui permettra de patienter quelques jours en attendant la réparation du PC.

Si vous envisagez d’acheter un Chromebook à votre enfant pour la rentrée scolaire, songez à vérifier auprès de l’établissement scolaire de quels programmes il aura besoin au cours des prochaines années d’étude. Si le prix attractif des Chromebooks vous poussera peut-être à craquer sur un coup de tête, il est important de garder à l’esprit les limitations de l’OS lors de l’achat, et de prendre en compte vos besoins, sans quoi vous risquez très vite de devoir retourner en magasin pour vous acheter une nouvelle machine. Egalement, notons que le prix des PC portables classiques a beaucoup diminué, et qu’il est désormais possible de se procurer un PC sous Windows 8, tactile, et hybride, avec Office 2013 intégré, pour moins de 300 euros.

© E.F.
© E.F.

Dans le cas du Chromebook que nous avons eu l’occasion de tester, le C720P, on remarquera par ailleurs quelques caractéristiques intéressantes. Tout d’abord, l’acheteur du Chromebook reçoit automatiquement 100 Go d’espace de stockage dans le cloud de Google, ce qui est en soi plutôt un beau cadeau, même si l’offre est limitée dans le temps. Notons cependant que la machine est elle limitée à un stockage de 32 Go seulement. Autre fonction intéressante : l’écran de l’appareil est tactile, mais l’intérêt d’un écran tactile sur le Chromebook est aussi plutôt relatif, dans la mesure où la machine n’est pas vraiment conçue pour jouer, et l’écran n’est pas détachable du socle. L’atout principal de la machine restera son design plutôt élégant, qui, allié à la rapidité du système (merci au SSD) et à sa bonne autonomie (7,5 heures selon Acer), en font une bonne alternative aux PC d’entrée de gamme, pour ceux qui cherchent juste à surfer sur une machine disposant d’un clavier physique…

Conclusion

Intéressant pour celui qui ne souhaite pas se ruiner en se procurant un PC portable aux fonctionnalités basiques, le Chromebook peut être une alternative intéressante au PC portable classique. Pour des raisons évidentes de compatibilité et de puissance, la plupart des gens lui préféreront cependant un ordinateur portable classique ou une tablette, des machines qui ont beaucoup plus à proposer que le Chromebook. Cependant, si vous cherchez uniquement une machine pour surfer ou dactylographier des textes, le Chromebook est une alternative à envisager. Pour les professionnels, il peut également faire office de machine de remplacement bon marché, à sortir en cas d’urgence. Mais attention : sans une connexion Wifi, le Chromebook reste pratiquement inutilisable. Rapide, offrant une bonne autonomie et plutôt joli, le C720 d’Acer reste en tout cas une option à envisager.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.