Selon une nouvelle étude indépendante, menée par les spécialistes Joe Mueller et Tim Syrett, le coût engendré par les brevets et licences représenterait pas moins de 30% du prix final d’un smartphone.

© AFP
© AFP

D’après l’étude, un smartphone vendu au prix de 400$ aux Etats-Unis ne rapporterait pratiquement aux fabricants de terminaux ne disposant pas d’un portfolio important de brevets. En réalité, plus de 120$ du montant final seraient directement déduits des marges du constructeurs, qui devraient payer ce montant aux possesseurs de brevets.

Parmi ceux-ci, des grosses boites comme Google, Microsoft et bien sûr Apple, qui tendent de plus en plus à limiter les frais en passant des accords de “licences croisées”. Les plus petits fabricants continuent cependant de faire les frais de cette stratégie. Selon des estimations, chaque terminal Android vendu sur le marché rapporterait en effet près de 5$ à Microsoft.

Plus intéressant encore, l’étude rapporte que si les composants liés à la technologie 4G sont peu couteux (10 à 13$ seulement), le prix des licences liées aux technologies 4G engendrerait un coût moyen de près de 60$ par terminal.

Plus le prix du smartphone est bas, plus la marge du fabricant est donc maigre, et l’objectif en termes de ventes important. Cela explique entre autres les revenus gigantesques que se partagent Samsung et Apple, deux constructeurs qui sont parvenus à tirer leur épingle du jeu en jouant la carte du très haut de gamme et en développant un vaste portfolio de brevets…

On en parle sur le forum.