L’opérateur capte de nouveaux clients sur le premier trimestre de l’année, notamment via Proximus et Belgacom TV, mais peine à embellir son bilan financier.

belgacom-proximus-dominiqueleroy-4g
Dominique Leroy lors du lancement de la 4G à Bruxelles. © Belgacom Group

Belgacom révèle que 356.000 ménages belges, 12.000 en plus depuis le premier janvier, exploitent ses quatre principaux produits: la voix fixe, le mobile, la télévision et internet tandis que 2.352.000 ménages utilisent au moins l’un d’entre eux. Séparément, ces segments se portent bien: 124.000 abonnements Proximus (cartes gratuites et M2M compris), 16.000 lignes internet et 30.000 connexions télévisuelles (dont une partie en double flux) ont été signés en ce début d’année.

Hormis pour Belgacom TV, les revenus de ces services sont en diminution, ce qui plombe évidemment les comptes: 1.140 millions d’euros, en chute de 6,6% en glissement annuel. En excluant les résultats des activités d’opérateur international, Belgacom ne recule que de 3,9%. Les investissements restant soutenus, le bénéfice net est également en recul de 13% à 152 millions d’euros. Les efforts de maîtrise des coûts sont partiellement impactés par une réserve de dépense organisée pour le changement de marque vers Proximus.

Belgacom n’a pas fourni davantage de détails sur cette transformation. A la Bourse de Bruxelles, à 10h, l’action perdait 1,5%.

On en parle sur le forum