Facebook et le mobile : une guerre perdue d’avance?

Si Facebook demeure le réseau social le plus populaire au monde, avec plus d’un milliard d’utilisateurs, la startup californienne peine toujours à séduire les utilisateurs sur mobiles. Petit tour d’horizon des principales raisons de cet échec…

Votre premier réflexe pour la messagerie? Whatsapp!

whatsapp

Si Facebook est incontestablement devenu un réflexe pour partager ses pensées du moment, un article ou une photo, le réseau social peine à séduire les amateurs de messagerie instantanée. Aux Etats-Unis, Snapchat a récemment dépassé Facebook en termes de volumes de photos & vidéos échangées. Pour ce qui est des messages instantanés, c’est WhatsApp qui vole aujourd’hui la vedette à Facebook. La messagerie gratuite, qui remplace l’envoi de SMS, est parvenu à se démarquer de son rival de par sa simplicité d’utilisation et les nombreuses options de partage (mémo vocaux, localisations, photos, vidéos,…) Aujourd’hui, WhatsApp, Viber et Hangouts ont donc le champ libre pour asseoir leur domination sur le marché, face à un réseau social qui est certes toujours tendance, mais qui a trop tardé à moderniser son service de messagerie instantanée.

Instagram à la rescousse?

instagram

Facebook l’a bien compris : seul, le réseau social n’a aucune chance. Alors, il se tourne vers son principal partenaire, Instagram. L’application mobile, qui est devenue un véritable porte-étendard de la suprématie de Facebook sur mobiles, devrait prochainement intégrer une messagerie instantanée. Une fonction qui permettrait aux utilisateurs de s’échanger des messages, en plus de pouvoir partager des photos avec leur smartphone. Mais encore une fois, les utilisateurs s’intéresseront-ils réellement à cette fonctionnalité sur une appli qui est depuis toujours consacrée à la photo et au partage? L’absence d’application dédiée risque une fois encore de porter préjudice à Facebook, qui risque de devoir produire un énorme travail de communication autour de ce rebranding s’il espère séduire des utilisateurs…

L’absence de synergie au coeur du problème

facestagram

Autre problème de taille pour Facebook: depuis toujours, le groupe californien mise sur la diversité de ses services pour couvrir le plus de champs possibles et “bloquer” son audience dans ses filets. L’ennui, c’est que si Instagram et Facebook cohabitent plutôt bien, l’absence de synergie entre les deux services se fait cruellement ressentir. Même constat au niveau des applis mobiles complémentaires, comme Poke, qui reprenait à peu de choses près le même concept que Snapchat, ou de Facebook Home, l’interface pour smartphone Android, qui est sans doute le plus gros échec de la firme californienne à ce jour. Car qu’on se le dise, si l’application Facebook est utilisée par une vaste majorité d’utilisateurs de smartphones, les autres services de la firme californienne ne connaissent pas le même engouement. Contrairement à Twitter, qui est parvenu à ouvrir une brèche avec Vine, son application de partage de vidéos, le réseau social peine à soulever l’engouement des foules pour ses produits mobiles. Et l’absence de synergie entre ses différentes applis n’y est sans doute pas pour rien…

Facebook Home, l’échec de l’écosystème

home

Avec Facebook Home, Facebook tentait une nouvelle approche du mobile, qui aurait justement permis d’unifier ses différentes applications autour d’un écosystème Facebook. Mais l’interface mobile a manqué son envol. Quelques heures seulement après son lancement, le taux de désinstallations et de notes négatives dépassait déjà des records. La cause? Un écosystème “trop fermé” qui avait tendance à mettre trop en avant Facebook aux dépens des autres applis mobiles. Si l’idée n’était pas forcément mauvaise en soi, les réactions du public vis-à-vis de Home ont clairement fait comprendre à la startup californienne que le public ne voulait pas d’un Facebook Phone.