Faut-il investir dans les géants du Web?

Devient-on riche en misant sur des entreprises comme Google, Amazon, eBay ou Facebook en bourse? Cette question, Mashable a tenté d’y répondre en se penchant sur les cas les plus populaires du NASDAQ…

ipo

Faut-il craquer à chaque nouvelle entrée en bourse d’un géant du Web?

Lors de son entrée en bourse, Facebook a créé une vive polémique, poussant des associations de consommateurs à lancer des actions en justice pour obtenir des dommages. Un an et demi après son entrée en bourse, l’action de Facebook a gagné près de 30% de valeur par rapport à sa valeur initiale, permettant à des milliers d’investisseurs de voir leur capital grimper en flèche.

Facebook n’est pas le seul géant du tech à s’être transformé en une véritable mine d’or pour ses actionnaires. En investissant 1.000$ dans Amazon lors de son entrée en bourse en 1997, votre compte en banque avoisinerait aujourd’hui les 239.045$.

Parmi les autres exemples repris dans le graphique de Mashable, nous citerons également eBay, Yahoo, Google et LinkedIn, dont la valeur s’est littéralement envolée.

Dans de telles conditions, difficile de ne pas être tenté dans une jeune startup de la Silicon Valley… Mais attention, si le graphique de Mashable présente quelques cas d’école bien documentés, il omet également de citer des exemples d’entrées en bourse ratées. Récemment par exemple, Zynga a vu sa valeur boursière diminuer en flèche. Le géant du “jeu social” a vu son nombre de clients diminuer rapidement et n’est jusqu’à présent pas parvenu à inverser la tendance. Et les exemples sont légion… De MySpace à BlackBerry, nombreuses sont les entreprises du Web à avoir fait perdre plusieurs millions à leurs investisseurs.

Plus que jamais, il sera donc intéressant de suivre de très près l’entrée en bourse de Twitter, qui rejoindra peut-être la liste très sélective des entreprises de la Silicon Valley à avoir réussi leur pari.

Plus d’informations sur cette enquête sur www.statista.com

On en parle sur le forum.