Le week-end dernier, Sébastian Vettel remportait la 11ème manche du championnat 2013 de Formule 1, juste devant Alonso et Hamilton. En visite à Spa, nous avons eu l’occasion de discuter de l’apport des nouvelles technologies avec l’équipe de Lotus, qui occupe actuellement la quatrième place du championnat.

© Lotus / Avanade
© Lotus / Avanade

Ce n’est un secret pour personne : la formule 1 est une discipline qui impose une rigueur absolue et une excellente organisation. Si le pilote et la mécanique contribuent au succès d’une écurie, un grand nombre d’autres paramètres entrent également en ligne de compte. A commencer par le travail d’équipe. Au total, ce sont un peu plus de 500 techniciens, cadres et conseillers qui travaillent pour permettre à leur équipe de franchir la ligne d’arrivée en premier. Des effectifs qui sont répartis dans plusieurs petites équipes qui ont parfois beaucoup de mal à communiquer entre elles. Pour cette raison, il est impératif d’avoir une stratégie bien rodée.

Dans le cas de l’écurie Lotus, ce sont les services de Microsoft que l’équipe a choisi pour réaliser ses ambitions. Avanade, qui se charge de vendre les services de Microsoft aux entreprises, s’est donc chargé de prendre l’organisation en mains dans les moindres détails. Au total, ce sont pas moins de 19 employés d’Avanade qui accompagnent les employés de Lotus dans cette aventure.

Grâce à la technologie d’Avanade, Lotus est parvenu à affiner la communication interne pour simplifier le processus de planification. « En intégrant les plannings des différentes équipes dans un seul et unique outil, l’équipe peut trouver des solutions aux problèmes rapidement et prévoir les différents scénarios possibles. »

«Avoir une bonne infrastructure TI est un élément crucial en F1, pour plusieurs raisons. Avec la limite budgétaire, nous sommes obligés de repenser la manière dont nous produisons et améliorons la voiture, de manière à éviter le gaspillage des ressources humaines et informatiques» expliquait il y a quelques temps François Puentes, directeur marketing chez Lotus F1 Team.

Dans ce contexte, on comprend mieux pourquoi les écuries investissent davantage dans les nouvelles technologies, qui leur permettent d’éviter les gaspillages en testant virtuellement certaines pièces avant de les produire, et en collectant notamment 15 mégabits de données par tour à l’aide de plus de 250 capteurs placés sur la voiture. Grâce aux miracles de la technologie, Lotus traite ensuite ces données à l’aide de son superordinateur, ce qui permet de trouver quels éléments peuvent être améliorés entre chaque course, et d’en apprendre davantage sur le comportement du véhicule sur la piste.

Etant donné que l’écurie n’a généralement que deux semaines pour préparer de nouvelles pièces avec les données collectées, les tester, les fabriquer, il est essentiel que l’écurie s’organise de sorte à ne pas perdre de temps entre les différentes étapes du processus. Le moindre contretemps peut en effet avoir des conséquences fâcheuses sur les résultats des pilotes. Et au total, ce sont un peu plus de 30.000 pièces qui sont produites pour la création d’un seul et unique modèle de Formule 1. Si toutes les pièces ne sont pas révisées chaque semaine, l’équipe de Lotus F1 produit cependant un peu plus de 450 nouvelles pièces chaque jour. Avanade, lui, coordonne le processus et permet aux différentes équipes de communiquer de manière optimale, avec le soutien de Microsoft Dynamics…

On en parle sur le forum.