L’écosystème Windows en plein déclin

Si Microsoft rattrape petit à petit la concurrence sur le segment mobile, le quasi-monopole qu’avait la firme de Redmond jadis semble s’être définitivement effondré au profit d’un marché hautement compétitif et qui fait la part belle à la concurrence entre les différents acteurs du marché.

asymco-pc-ipad-chart1

Certes, le marché reste dominé par trois systèmes d’exploitations principaux : Windows, Android et l’inévitable duo OSX/iOS, mais les petits acteurs ont grâce à cet intérêt croissant des acheteurs pour la nouveauté une carte à jouer dans ce business.
Une récente étude d’Asymco publiée par Business Insider nous révèle l’impact gigantesque de la montée en puissance du mobile sur les parts de marché de Microsoft. En quelques années seulement, Microsoft est passé d’une forte croissance à un recul important. Sans surprise, l’effondrement des ventes coïncide avec l’arrivée du premier iPad sur le marché, qui a définitivement bouleversé les habitudes des consommateurs (voir graphique 1).

On le sait, Microsoft a tardé à entrer dans la danse. Il aura fallu plus de trois générations de systèmes mobiles avant que le géant américain passe le cap des 5% de parts de marché, et Microsoft commence tout juste à imposer Windows 8 comme un système compétitif sur le segment des tablettes numériques. En réalité, Redmond a longtemps cru que le tactile ne vampiriserait pas les ventes d’ordinateurs portables. Comme on peut le voir sur le second graphique, les volumes de ventes de smartphones ont rapidement dépassé les volumes de ventes d’ordinateurs personnels, et les tablettes semblent en voie de dépasser, d’ici quelques années, les PC traditionnels. Pour autant, si le secteur souffre de cette concurrence, presque déloyale, avec les appareils tactiles, les volumes restent très corrects. Certes, on note une baisse des ventes, et un désintérêt croissant du consommateur, ou plutôt un cycle de renouvellement plus lent que pour les appareils tactiles, mais le PC occupe toujours une part importante de notre vie, et aussi bien les étudiants que les professionnels ne sont pas prêts de les remplacer de si tôt par une tablette ou un smartphone.

bi-connected-devices-chart

En revanche, Windows a du soucis à se faire. D’une part parce que les ex-partenaires de Microsoft sont de plus en plus nombreux à tâter le terrain pour trouver des alternatives (Chrome OS), et d’autre part, parce qu’Apple a parfaitement réussi son retour sur le marché des ordinateurs portables, devenant un symbole de professionnalisme et de performances. Contrairement à Apple, Microsoft n’est pas encore parvenu à imposer son écosystème comme une entité unique. Par conséquent, les acheteurs de Windows Phone ne ressentent pas forcément le besoin d’acheter une tablette Windows 8 ou un PC. A l’inverse, les possesseurs d’iPhone sont souvent tentés de se procurer un iPad ou un Mac en complément de leur smartphone. Comme on peut le voir sur le troisième graphique, Windows a tout à y perdre, et risque vite de passer du rang de leader à celui de challenger, voire même de système d’exploitation secondaire.

bi-operating-system-chart

La réactivité de Redmond décidera très probablement de l’avenir de l’ogre vert, qui possédait il y a quatre années encore près de 70% de parts de marché, et qui se retrouve aujourd’hui avec moins de 25% de parts de marché. Une situation inconfortable qui donne un clair avantage à Google et son système d’exploitation mobile, qui lorgne aujourd’hui sur une utilisation professionnelle…