iOS 7 va-t-il déstabiliser Jelly Bean 4.3 ?

Alors que la conférence WWDC approche, la prochaine version majeure de la plateforme mobile d’Apple suscite la curiosité et éventuellement une légère crainte chez Google.

google-apps-itunes
Trop de Google sur iTunes ?

Le 10 juin 2013, le Moscone Center de San Francisco sera à nouveau le théâtre d’un nouveau coup dans la bataille dans l’industrie mobile. Cette fois, c’est au tour d’Apple d’avancer ses pions iOS et OS X. Google, son principal rival, s’étant bien gardé de tout dévoiler lors du dernier Google I/O, planifie un futur événement afin de dévoiler Jelly Bean 4.3 plus tard dans l’année. Pourquoi ? Simplement parce qu’iOS 7 pourrait provoquer plus de remous que prévu.

Une galaxie Google trop présente sur iTunes

La situation actuelle est déjà paradoxale. Alors que Jelly Bean peine réellement à s’imposer de manière exponentielle (33% du parc Android, à peine 4% pour la dernière 4.2, avec une croissance toujours modérée à moins de 5 points par mois), l’ensemble des services populaires livrés par le géant américain sont disponibles sur iPhone et iPad. Drive, YouTube, Maps, Search, Gmail, Chrome (sans son moteur maison) et même les plus controversés Google+ et Hangouts font partie des applications régulièrement mises à jour sous iTunes, à tel point que les observateurs soulignent le peu, voire l’absence, d’exclusivité pour Android. Si le portage prend parfois un peu de temps, des services ont parfois meilleure allure sur iOS. Un comble.

L’arrivée de Google Now sur la plateforme ennemie a même courroucé les puristes d’Android et définitivement mis en terme à l’avantage de petit robot vert. En effet, comment Google a-t-il pu offrir sa killer feature à l’ennemi tout en maintenant l’exigence de Jelly Bean pour l’accès à cet assistant personnel sur sa propre plateforme ? Dernier exemple très frais: le nouveau Gmail. Son lancement graduel sous Android prive bon nombre d’utilisateurs des nouveautés (pour encore quelques heures) pendant que les aficionados d’iOS téléchargent déjà la dernière version. A croire qu’il est urgent et essentiel pour Google d’offrir aux utilisateurs d’iPhone l’expérience ultime de ses services.

Certes, actuellement, il reste évidemment des arguments en faveur de Jelly Bean comme les notifications riches et les widgets. Mais iOS 7 ne va-t-il pas proposer son lot de nouveautés qui auront l’occasion de faire chavirer les cœurs, avec la galaxie Google incluse ?

Une internationalisation plus poussée chez Apple

Le second souci majeur concerne les pays relativement négligés par Google comme la Belgique. En effet, l’achat d’un iPhone à Bruxelles signifie que la plupart, si pas la totalité, des services offerts par Apple sont accessibles comme la musique, les films et les séries, ainsi que l’assistant digital et ses fonctionnalités, en français, PassBook (compatible avec des entreprises belges) et FaceTime. Un réel effort est placé dans l’internationalisation. Chez Google, l’accent est d’abord tiré sur le continent américain, voire exclusivement sur les Etats-Unis. Google Now est bien sympathique mais est relativement limité pour le consommateur belge. La musique par abonnement, elle, ne franchit pas les frontières des Etats-Unis. Et que dire sur la possibilité d’acheter un film ou un magazine dans le Play Store ? (ou un appareil Nexus, bien entendu). Et Google Voice ?

Ces petits marchés sont parfois lassés d’attendre de longs mois avant d’accueillir une adaptation des développements industriels de Google, ce qui peut les pousser plus aisément dans les bras d’Apple où la sensation d’obtenir l’univers complet autour de l’appareil est plus présent.

iOS 7 vs Jelly Bean 4.3 vs l’attente des technophiles

Bien entendu, à ce stade, seules quelques rumeurs viennent alimenter les blogs spécialisés à propos des futures nouveautés de ces deux plateformes majeures. Il n’en reste pas moins que cette bataille pourrait se solder par des déçus dans chaque camp.

Il est de bon ton aujourd’hui dans la presse d’estimer qu’Apple est en train de perdre la bataille du mobile. Cela ne l’empêche pas de maintenir des marges sensationnelles et de conserver des parts de marché conséquentes. Mais depuis iOS 6, le remplacement chahuté de Google Maps par les plans maison moins précis, les notifications inspirées d’Android et Siri qui n’emballe pas les foules, Apple n’a plus vraiment réitéré l’effet de stupéfaction sur ses produits. Du moins, uniquement sur les fans de la première heure. Il est complexe d’envisager un iOS 7 ravageur.

Pour Google, il semble que l’option choisie soit désormais le développement soutenu de tous les services tout au long de l’année avec d’importantes mises à jour poussées sur des fragments libres d’Android comme les Google Play Services et sur les applications. L’éventualité d’une itération mineure sur Jelly Bean est de nature à estomper l’attention d’une révolution.

Mais ce n’est peut-être que partie remise. En étant très présent sur iOS et avec des données de plus en plus présentes dans le nuage, la stratégie de Google pourrait porter ses fruits sur le long terme avec de nouvelles avancées majeures d’abord lâchées sur les Android avant de rejoindre quelques mois plus tard iOS, suscitant une attente éternellement renouvelée. Suffisamment insoutenable pour casser le mythe Apple ?

On en parle sur le forum

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.