Construire un téléphone au caractère ouvert à partir de matériaux qui ne provoquent pas de conflits et à l’aide de mains justement rémunérées n’est plus si utopique.

fairphone
Un téléphone sympa pour tout le monde, ça existe!

Fairphone est une entreprise hollandaise dont l’ambition semble a priori démesurée: fournir au consommateur, au travers de six piliers, un smartphone équitable, plus propre, plus respectable. Et ainsi modifier radicalement le système de production en vigueur au sein de l’industrie mobile qui cherche avant tout et uniquement le profit pur, direct.

La première promesse est la transparence dans la fabrication avec des détails sur les composants et les technologies employées tout comme un prix fixé à 325 euros. Second point: le choix d’Android et une couche ouverte facultative. Aucun blocage logiciel ne sera installé. Le site de Fairphone renseigne déjà d’autres plateformes dérivées ainsi que des partenariats avec Ubuntu et Mozilla. Ca promet! Qui plus est, le boîtier propose un emplacement pour deux cartes SIM et une batterie amovible. Troisième axe: une fiche technique tout à fait acceptable avec une vitre Dragontail, un processeur quatre cœurs Mediatek, une mémoire interne de 16 Go, un écran tactile de 4,3 pouces et un objectif photo d 8 mégapixels. Cependant, la liste des fonctionnalités évolue depuis le 15 mai avec quelques améliorations notables. NFC et 4G sont, par contre, absents.

Les trois derniers piliers dépassent le téléphone en lui-même puisqu’il s’agit d’abord d’un programme de recyclage très proactif, de l’assurance d’un salaire décent aux travailleurs qui vont participer à l’élaboration de ce projet ainsi que l’utilisation maximale de matériaux extraits dans des conditions adéquates et qui ne profitent pas à des organisations criminelles. Ce volet, plus politique, est également celui qui sera le moins simple à vérifier. Néanmoins, il n’est peut-être pas inutile d’encourager l’initiative et la direction industrielle choisie. Trois euros par téléphone vendu seront consacrés au rapatriement d’appareils et de batteries du Ghana vers la Belgique pour un recyclage dans les règles de l’art. En septembre, un premier container de 100.000 téléphones sera acheminé au port d’Anvers.

En ce qui concerne le travail dans l’usine chinoise et l’extraction de métaux précieux au Congo, Fairphone s’engage à tout faire pour que ces deux opérations se déroulent au mieux avec une paie minimale garantie ainsi qu’un choix des sites de production africains qui ne sont pas sous le feu de conflits. Certes, l’entreprise ne vit pas dans un cloître paradisiaque coupé du monde. Elle sait que les conditions actuelles persisteront mais elle estime que ses efforts paieront dans les prochaines années si d’autres acteurs s’inspirent de cette politique.

Mais pour montrer à quel point Fairphone est une goutte d’eau dans l’océan, son premier objectif est de vendre 5.000 smartphones avant le 14 juin. Actuellement, un peu moins de 3.000 copies ont été commandées. La mobilisation est encore loin d’être généralisée. Pour les enthousiastes, l’aventure se déroule sur fairphone.com

On en parle sur le forum