En s’offrant Tumblr, Yahoo! ravale les façades

Le dinosaure du Web dévore les petits minets animés. Attention: fossé culturel à combler pour redevenir «djeune»!

© AFP
© AFP

Le géant d’Internet avait d’abord jeté son dévolu sur l’entreprise française de partage de vidéos Dailymotion. Mais l’opération a été stoppée net par le gouvernement français il y a quelques semaines via Arnaud Montebourg. Aujourd’hui, c’est Tumblr qui tombe dans son escarcelle et elle n’est vraiment pas contente, cette communauté-là, d’être cédée à Yahoo! Marissa Meyer, sa patronne, s’en méfiait un peu puisqu’elle a pris le soin d’annoncer solennellement: «We promise not to screw it up» («nous promettons de ne pas tout ficher en l’air»), explique Le Monde. «En insérant cette phrase dans son communiqué de presse d’annonce du rachat de Tumblr, Yahoo! a voulu adopter un ton typique de la plate-forme de blogs, loin de sa supposée ringardise.»

Yahoo! est «en quête de jeunesse éternelle», renchérit France 24. «Keep calm and carry on» («Restez calmes et continuez»), s’exclame encore Mrs Meyer, sur la page Tumblr créée pour l’occasion. «C’est pour ça qu’elle est là, écrit Libération: lifter l’image de Yahoo! Le challenge est de taille.» Et la réponse du berger à la bergère, c’est: la page «It’s Never Too Late To Play» [il n’est jamais trop tard pour jouer], qui prend la parole pour l’ensemble des 107,9 millions d’utilisateurs. Appuyée d’un autre communiqué, enthousiaste, conclue d’un très subtil «Fuck yeah», signé David Karp, le patron de Tumblr. Lequel va donc rejoindre ce que Radio France internationale appelle le «club très fermé» des petits génies du Web, dont certains ne sont même pas majeurs mais déjà milliardaires.

De la chirurgie esthétique

Un bain de jouvence. C’est l’expression, du même tonneau, des Echos: «C’est que les géants de l’Internet tremblent à l’idée de se faire irrémédiablement reléguer dans la seconde division de la high-tech par leurs concurrents. Ils ne rechignent pas à dépenser des centaines de millions de dollars pour des sociétés en forte croissance, qui ont su proposer un service nouveau et attrayant. Le génie de Tumblr a consisté à fusionner l’art du blog et les commodités du réseau social.» Donc «il s’agit quasiment d’une opération de chirurgie esthétique», disent L’Expansion/L’Express.

Les rides sont larges, cependant, et il faudra les combler. Rue89 a donc pris la peine de nous faire comprendre «pourquoi Yahoo! paie 850 millions [d’euros] pour Tumblr et ses chatons animés». Il s’agit bien d’un ravalement de façade: «Créé en 1994, Yahoo! souffre de déclassement. Son modèle de portail généraliste avec une page d’accueil, une série de services, une pincée d’actus… est en perte de vitesse comparé» à ses concurrents. Diagnostic sévère: «Son image est vieillotte, et sa base d’utilisateurs bien plus âgée que celle de Tumblr, particulièrement prisé par les ados. Même si sa messagerie reste parmi les plus grands fournisseurs de d’e-mail gratuit, Yahoo traîne une image de dinosaure du Web.»

«En un mot: cool»

Et la RTBF, qui parle d’un «mariage de raison», de préciser que Tumblr «se situe à mi-chemin des réseaux traditionnels avec un accent sur la mise en valeur des photos et des vidéos. Mais sans pub et avec un look contemporain haut de gamme que les utilisateurs peuvent choisir et adapter à leur style et leur usage. Tumblr a été fondé en 2007 et il a rapidement développé une plate-forme mobile très efficace, là où aujourd’hui Facebook rame encore. […] Pas étonnant que ça plaise à la nouvelle génération, plutôt dynamique et créative. En un mot: cool.

Donc, face à la menace, il y a sans doute de la parano, mais aussi de la «rage», de l’«écœurement», du «dégoût» et de la «déception». Les adeptes de Tumblr sont peinés, constate Le Nouvel Observateur: «Ils craignent avant tout une «Yahoo! Apocalypse». Un simple coup d’œil à cette page recensant le mot-clé «Yahoo» sur les pages de Tumblr permet de voir l’ampleur de la contestation. Tout d’abord, les membres du service de blog tiennent à poser les conditions du rachat. Leur principal message? Si Yahoo! décide de changer la nature de Tumblr, c’est l’exil. «Je reste sur Tumblr, mais… S’ils essaient d’acquérir mes données ou d’intégrer Tumblr avec n’importe quel autre service de Yahoo!, je partirai. Encore plus, s’il y a une tentative de censurer […]», prévient ainsi Paul Mason, journaliste du service économique à la BBC.»

Le site Slate.fr, citant le magazine Forbes, rappelle au passage qu’«en 1999, Yahoo! avait déjà racheté, à l’époque pour 3,57 milliards de dollars en actions, le service d’hébergement gratuit Geocities»… et qu’il a fermé en 2009! «Points communs: Geocities comme Tumblr avaient bénéficié du soutien financier du capital-risqueur Fred Wilson; les deux avaient du mal à monétiser leur trafic et leur rachat a causé un mouvement de protestation chez les utilisateurs, dont un certain nombre ont fui vers d’autres services.»

Le «mariage de raison» va devoir s’entretenir.

Un article du journal Le Temps, par Olivier Perrin.

On en parle sur le forum.