Pour Eric Schmidt, le président exécutif de Google, les drones représentent une véritable menace pour la sécurité et la vie privée. L’homme fort de Google appelle le Politique à prendre des mesures appropriées pour éviter une catastrophe.

© AFP

L’absence de législation autour de l’utilisation de drones aux Etats-Unis comme dans le reste du monde soulève bien des questions pour Eric Schmidt. L’actuel président exécutif de Google a exprimé son souhait de voir la législation adaptée à l’usage de ces drones, de plus en plus performants.

“Comment réagiriez-vous si votre voisin achetait un drone de surveillance et le faisait décoller depuis sa cour pour lui faire survoler votre propriété toute la journée?

Visiblement tracassé par le nombre croissant d’anecdotes liées à l’utilisation de drones, le président exécutif de Google évoque non sans enthousiasme un sujet qui lui tient à coeur dans une interview accordée au journal britannique The Guardian.

Mais au delà de l’inquiétude croissante du public à l’égard de la vie privée, Eric Schmidt soulève également la question de la sécurité, évoquant la manière dont pourraient être utilisés des drones par des terroristes pour causer des attaques dévastatrices.

Je ne vais pas porter de jugement sur l’utilité des armées, mais je préférerais ne pas démocratiser la guerre. Tout cela doit être régulé.

En mars dernier, un drone civil était parvenu à s’approcher à quelques dizaines seulement de l’aéroport JFK, soulevant plusieurs questions sur le volet sécuritaire.

En Belgique, la législation, déjà très stricte, limite l’utilisation de drones dans des zones prévues à cet effet. Néanmoins, la législation en la matière reste méconnue d’une grande partie du public.

On en parle sur le forum.

[ Source : Slashgear ]

3 Commentaires

  1. Il a du culot, lui (Google) qui ne respecte en aucune cas la vie privé et vend ou donne accès aux données privées de ses inscrits.

    • À ce que je sache, Google ne revend pas ses données : ils ont trouvé que c’était plus lucratif de vendre des services basés sur l’exploitation, par eux-mêmes, de ces données.

      Ainsi, un fabricant de caramels mous peut payer Google pour afficher sa pub sur les pages visitées par les amateurs de caramels mous ou d’autres friandises. Google, grâce à toutes les données accumulées, sait qui sont ces amateurs mais le fabricant ne le sait pas.

Comments are closed.