Cette semaine, un blogueur pour le site TechHive a relancé l’éternel débat entre fanboys et droïdes avec des arguments tout à fait rationnels mais subjectifs.

ios-to-android
La planète Android est-elle devenue plus excitante ?

La presse en ligne spécialisée américaine a ça de particulier qu’elle est parfois ouvertement partisane. Il n’est pas rare de trouver un papier teinté de mauvaise foi, truffé de faits erronés ou de vieux stéréotypes pour appuyer une opinion. Du coup, lorsqu’un éternel ambassadeur de produits Apple bascule dans un autre monde, l’événement suscite soit l’émoi ou l’enthousiasme selon le camp et relance un débat stérile afin de savoir qui a raison.

Andy Ihnatko, l’auteur en question, est parfaitement conscient du risque qu’il prend et prévient: l’iPhone n’est pas devenu subitement mauvais mais Android l’a finalement surclassé. Chose étonnante: les quatre piliers évoqués sont présents au sein d’Android depuis longtemps. Il est complexe de croire que cet observateur n’a rien remarqué alors qu’il teste des appareils sous la plateforme mobile de Google régulièrement.

Au menu des nets avantages d’Android, on trouve le clavier personnalisable à souhait avec le mention du célèbre Swiftkey, la possibilité d’opter pour un écran beaucoup plus grand et de s’y habituer, la personnalisation beaucoup poussée au niveau des bureaux (que l’on peut, par exemple, préparer pour un voyage) et les échanges entre applications, connues dans le monde du développement comme les intents. Des caractéristiques suffisamment basiques pour qu’elles soient trop peu évoquées pour convaincre des connaissances à opter pour Android.

L’argumentaire complet prend des exemples concrets et revient souvent sur les limitations du monde iOS, voulues par Apple pour un souci évident et justifié de cohérence. La première partie de l’article, en anglais se trouve sur TechHive.com avec un second épisode tourné vers ces fameux intents.

On en parle sur le forum