Lorsqu’on évoque le secteur mobile, on ne peut s’empêcher de penser à Apple, Samsung, Nokia ou Sony. L’arrivée de Huawei a pourtant quelque peu boulerversé l’équilibre… Venue présenter son nouveau visage au Mobile World Congress, l’entreprise chinoise a exprimé son ambition de devenir l’un des nouveaux leaders du marché.

© E.F.

Qui aurait deviné la formidable ascension de Samsung il y a tout juste six ans? Parti de rien, le fabricant coréen domine désormais l’écosystème mobile avec une large gamme d’appareils, principalement sous Android. Accusé à tort ou à raison de copier les autres constructeurs lors de ses débuts, Samsung est parvenu à se créer une image qui lui est propre et à développer un design unique avec son Galaxy S3. Ce modèle, le fabricant chinois Huawei tente de le reproduire avec sa nouvelle gamme de terminaux. Puissant, élégant et capable de rivaliser avec les flagships de la concurrence, l’Ascend P2 a tout d’un grand, sauf le prix. Le terminal devrait en effet être commercialisé en Europe au tarif de 399€, un prix nettement inférieur à celui du Galaxy S3 et de l’iPhone 5.

Si Huawei vient tout juste de s’implanter en Belgique, la firme a pourtant récemment fêté ses 25 ans d’existence. Un parcours sinueux qui a permis à l’entreprise de grimper les échelons, étape par étape, jusqu’à devenir un véritable mastodonte.

Avec plus de 55.000 chercheurs et ingénieurs, Huawei dispose d’une solide force de frappe, capable de donner un sacré coup de massue à la concurrence. Pour réaliser ses plans, la marque devra néanmoins beaucoup investir. Méconnue en Occident, Huawei s’était jusqu’à présent cantonné aux marchés émergents et au développement de produits blancs.

“Créer une grande marque prend beaucoup de temps“, explique Amy Lou, Global Brand Director pour Huawei. Bien au courant des règles du jeu, Huawei sait qu’il devra gagner ses lettres de noblesse. L’entreprise chinoise marche sur les traces de Samsung et espère construire sa notoriété par le biais de partenariats. En France, Huawei devrait bénéficier du support inconditionnel d’Orange, un précieux allié qui espère donner à Huawei la chance qu’Orange a autrefois donnée à Apple avec son iPhone.

© E.F.

Si Huawei s’inspire ouvertement du succès de la marque pommée, l’entreprise chinoise ne compte pas pour autant se contenter de copier son illustre modèle. Le groupe ambitionne de créer des appareils au design soigné, “aussi simples à utiliser que l’iPhone“, mais affichant une esthétique plus travaillée. Pour y parvenir, Huawei mise sur sa propre surcouche, qui permet à chaque utilisateur de personnaliser son terminal et de le rendre beaucoup plus fonctionnel. Une idée plutôt ingénieuse pour se démarquer de la concurrence.

Pour renverser Samsung et Apple, Huawei se donne un délai de cinq années. Une période de “transition” qui devrait permettre à la firme de construire son image de marque en Occident et d’affiner la qualité de ses produits. Si l’entreprise rattrape à grandes enjambées son retard sur Samsung au niveau des performances, le manque d’expérience en matière de design se fait encore ressentir. Très brute, la forme des terminaux Huawei doit encore évoluer et trouver sa propre voie. Un travail de longue haleine qui permettra peut-être à l’entreprise de réaliser ses ambitions…

En attendant, Huawei mise sur les pays émergents, où l’entreprise jouit toujours d’une certaine popularité et adopte une politique tarifaire très agressive. Puissante, Huawei est aussi une entreprise qui peut compter sur le soutien inconditionnel de l’état chinois, un allié non-négligeable, que certains concurrents n’hésitent pas à critiquer ouvertement, accusant la firme de concurrence déloyale.

On en parle sur le forum.