Une firme brésilienne répondant au nom de Namoro propose à ses clients de louer les services d’une copine virtuelle sur Facebook. Le but? Donner l’impression à ses contacts d’avoir une vie sentimentale agitée.

© DR

La prochaine fois que l’un de vos amis vous parle de sa petite copine et vous montre ses commentaires sur Facebook, pensez à remettre sa parole en doute. Depuis quelques semaines, un service brésilien propose de “louer” une petite copine sur Facebook. L’idée est simple : en échange d’une somme forfaitaire, les internautes ont le droit à quelques commentaires d’un profil fictif sur leur compte Facebook.

Pour 99$, vous obtiendrez une petite copine virtuelle pour une durée d’un mois. Pour 39$, vous aurez une amourette d’une semaine. Pour 19$, vous aurez droit à quelques commentaires d’une ex-petite copine. Et pour 10$, vous aurez droit à une petite démo des services, d’une durée de trois jours.

Namoro défend son offre en expliquant que le service qu’il propose permet à certains utilisateurs de susciter la jalousie chez d’autres jeunes femme, mais aussi de gagner en popularité. Quelques commentaires savoureux sur un profil permettent de faire rapidement grimper la cote d’un utilisateur, tant auprès de ses amis que de ses soupirantes.

Et si pour l’heure le service se limite à la gente masculine, son créateur assure qu’il sera bientôt possible de louer les services d’un petit copain.

Lancé il y a quelques semaines, Namoro connait un franc succès dans les pays d’Amérique latine. Les délais pour obtenir une petite copine virtuelle sont passés de quelques heures à plusieurs jours, et la couverture médiatique du service a ouvert de nouveaux horizons à la startup.

En théorie, Namoro ne craint pas de retour de manivelle d’un point de vue légal. En revanche, les comptes utilisés par les petites copines virtuelles sont montés de toute pièce et utilisent de fausses informations et photos. Autrement dit, le service ne remplit pas les conditions légales d’utilisation du réseau social, et les profils en question risquent d’être effacés à tout moment. Un petit casse tête pour les équipes de Namoro, qui devront certainement créer plusieurs milliers de comptes fictifs pour répondre à la demande…

On en parle sur le forum.

[ Source : CNBC ]