Selon une nouvelle étude réalisée par Deloitte, le Wi-fi reste la première source de connectivité pour les possesseurs de smartphones et tablettes en Belgique. En cause? La pauvreté des offres d’abonnement illimitées dans le royaume.

© AFP

Le Wi-Fi devant la 3G

Selon Deloitte, qui a analysé plusieurs marchés européens, l’offre d’abonnements illimités en Belgique reste beaucoup trop timide et surtout beaucoup trop couteuse. Elle serait la principale responsable des mauvaises habitudes des Belges, qui tendent à utiliser davantage le Wi-Fi pour leurs connexions mobiles que leurs voisins. Ainsi, 86% des possesseurs de smartphones et 88% des possesseurs de tablettes utiliseraient prioritairement le Wi-Fi pour se connecter. Au Royaume-Uni, seulement 43% des possesseurs de mobiles et tablettes opteraient pour le Wi-Fi en lieu et place de la 3G. Une tendance inquiétante qui témoigne de la mauvaise réputation de la 3G en Belgique.

“Outre les économies réalisées, le Wi-Fi offre également d’autres avantages par rapport aux solutions alternatives d’accès à internet via un smartphone ou une tablette: les raisons évoquées sont sa vitesse supérieure (49%), sa réactivité (33%) et sa fiabilité (32%)” peut-on lire dans le rapport.

La majorité des Belges (74%) disposant d’un mobile ou d’une tablette n’a pas souscrit d’abonnement Data. Les 26% d’utilisateurs qui ont sauté le pas limitent leur utilisation aux services de VoIP tels que Skype ou Viber, à l’accès à des documents stockés dans le cloud, au streaming musical et à l’information.

Selon Vincent Fosty, associé chez Deloitte, « cette tendance s’explique notamment par un marché pauvre en offres d’abonnement ‘illimitées’ ou du moins ‘d’abondance’ à un prix compétitif. Actuellement, 56% des personnes interrogées disposant d’un abonnement internet mobile ont des capacités de surfer inférieures à 1GB par mois, mais seulement 9% des Belges interrogés seraient prêts à payer leur abonnement téléphonique plus cher pour avoir un accès illimité à internet. »

En Belgique, la pénétration des abonnements illimités serait la plus faible d’Europe. Seulement 6% des abonnés auraient souscrits pour de telles formules tarifaires, contre 27% en France et 62% en Finlande.

Les hotspots ont la cote

Pour palier au manque de solutions chez les opérateurs, le Belge se rabat sur le Wifi. Principalement à la maison (80%) mais pas que. Les offres de hotspots fleurissent dans le pays et donnent accès aux connexions Wifi de milliers d’abonnés à travers le pays. « Cette technologie ne cesse de se développer, et Deloitte estime ainsi qu’il y a maintenant plusieurs milliers de hotspots disponibles en Belgique, par exemple dans les lieux publics, ainsi que tous les hotspots mis à disposition des clients dans les entreprises, hôtels, cafés ou autres lieux de vie. » précise Vincent Fosty.

49% des possesseurs de smartphones se connecteraient au Wi-Fi dès qu’ils y ont accès dans un lieu public, et les chiffres ne faiblissent pas chez les amis (50%) et au travail (30%). Difficile pourtant d’y voir une solution à long terme pour la génération connectée, qui attend de pied ferme des abonnements plus avantageux qui leur offrent une meilleure autonomie. Et la tendance risque de s’affirmer au fur et à mesure que les smartphones gagneront des parts de marché…

On en parle sur le forum.

19 Commentaires

  1. On ne dit pas “Pour palier au manque de solutions” mais “Pour paLLier LE manque de solutions.”

    A part ça, pour en venir au fond de l’article, j’ai complètement désactivé la connection de données sur mon smartphone quand je me suis rendu compte que les 25 EUR que je payais toutes les 6 semaines environ ne duraient plus que 10 jours avec la connection de données activée.

    Donc, oui, maintenant, c’est exclusivement le wi-fi à la maison, ou ailleurs lorsqu’il est gratuit.

    Que nos formidables opérateurs s’alignent sur ce qui se fait de mieux ailleurs et alors, on verra. En attendant, qu’ils continuent à scier la branche sur laquelle ils sont.

    • Espérer avoir accès illimité au réseau data mobile avec une carte prépayée est un peu comme vouloir le buffet à volonté en ne payant que l’entrée.

      • Le problème n’est pas le prépayé, mais l’abonnement. Quand on aura des forfaits à prix raisonnables, p.ex 20€/mois pour 2 Gb de données + communications nationales illimitées, le prépayé perdra de son attrait. Perso,toute la famille est en prépayé, car avec l’abonnement on se retrouve vite avec des factures astronomiques, sans trop savoir comment on a fait. Le prépayé permet de contrôler sa consommation. C’est son seul avantage.

  2. Vu les prix exorbitants et la qualité catastrophique des services proposés, pas étonnant. La Belgique = le pays le + cher en matière de Telecom, quel que soit l’appareil, le réseau. Un peu de concurrence supplémentaire, comme Viking, ou d’autres, devrait remettre à terme les choses au clair : un prix abordable pour tous.

    • Viking est une société qui utilise le réseau Base. Ce n’est pas de la concurrence; Juste une sorte de nouvel opérateur sans en être un

  3. En tant que Français résidant depuis peu en Belgique, je suis effaré du prix des communications téléphoniques ici. Je paie mon forfait Free français 20€ pour du tout illimité là où il faut débourser 75 € (sans engagement) chez Mobistar pour avoir droit à la même chose !

    Le manque de concurrence en Belgique y est pour beaucoup à mon avis…

    • Vu que les tarifs sont reliés au concept de l’offre et de la demande, vu qu’en France il y a environ 7 X plus de clients potentiels, vous devriez être 7 X moins cher que chez nous. Ce n’est pas le cas !! De plus, la qualité du réseau français n’est pas des plus stable ( et je parle d’expérience, j’y suis 3 mois par an). Il faut aussi savoir que l’infrastructure, hors antennes, est la même pour un territoire comme la France ou la Belgique. Ainsi, pour le même investissement la France a plus de 5 X plus de client potentiel. Donc comparativement, vous êtes encore plus cher qu’en Belgique.

      • Woopydroopy. vous venez de décomposer le modèle financier des opérateurs téléphoniques mobiles. Bravo. On va vous offrir un diplôme de maîtrise en finance, si vous ne l’avez pas déjà 🙂
        Plus sérieusement, nous savons qu’il y a un problème de concurrence. Les prix en France ont baissé brutalement suite à l’entrée de Free dans le marché début 2012 (4ème opérateur). Leur offre illimitée à 19.99EUR (voix/data/sms) était alors de moitié prix de l’offre la moins chère de cette époque. En Belgique, il manque un quatrième opérateur et je soupçonne que l’état via l’IBPT tente de garantir une manne TVA et des revenus de son actionnariat dans Belgacom, sans compter l’emploi “sauvé” tant que les profits sont (très) élevés. Une chose est certaine, ce n’est qu’une question de temps, le modèle est sous pression car les consommateurs ont la possibilité de prendre un illimité data chez Mobile Viking par ex. à 15EUR par mois et peuvent alors passer leurs appels via Skype ou Viber. Les opérateurs du monde entier sont paniqués par ce phénomène qui détruit leur CA.
        Patience patience…

        • Ce qui montre le vrai problème de la concurrence en Belgique, c’est la comparaison des prix avec la Finlande. J’y ai résidé un temps, et malgré la population moitié moindre que la Belgique et un réseau plutôt bon autour des grosses villes (je dis pas qu’au fin fond de la Laponie, le réseau soit plus lent voir inexistant près de l’arctique), le rapport prix/consommation est entre 1/3 et 1/2 moins cher qu’en Belgique…

  4. Véridique, le message : “Vous envoyez vos commentaires trop rapidement. Calmez-vous.”. Je laisse tomber cette feuille de chou, aussi sec.

  5. La solution est simple. On rattache la Wallonie et Bruxelles à la France, on hérite des opérateurs français et de leurs prix, et on laisse Belgacom aux flamands.

    Evidemment, on risque de perdre Depardieux. Ben … on peut pas TOUT avoir !

  6. @woopydroopy

    la Belgique est minuscule à couvrir et comme les investissements sont proportionnels à la surface à ….De plus la Belgique n est pas totalement couverte, allez à Lierneux par exemple. Faire preuve de chauvinisme dans le cadre de la téléphonie n est vraiment pas la meilleure idée 😀

    • A Lierneux, une demande de permis de construire afin d’ionstaller une nouvelle antenne a été introduite en 2002 et rejetée par l’enquête publique. Pour ce qui est de l’infrastructure, il est vrai que la France doit avoir plus d’antenne mais exactement la même infrastructure que la Belgique. Quoique niveau antennes, avec les normes que nous avons et qu’ils n’ont pas, je ne suis pas sur qu’il en faille beaucoup plus.

  7. Personnellement, je préférerais un forfait “limité”, mais avec un prix qui l’est aussi.

    Même Chez Viking, c’est 12€ par mois pour 2 Go, soit 144€ par an. Vraiment trop cher pour le peu de données que je traiterais avec la 3G.

    Je préférerais un forfait qui coûte la moitié, voire le tiers de ce prix, même si bien sûr le volume de données en est réduit d’autant!

  8. L’offre internet 3G suit la tendance générale du pays quand il est question d’offre internet et mobile, c’est cher cher cher cher. Il suffit de comparer les prix d’offre internet entre la Belgique et tous les autres pays d’Europe, on est clairement un des plus chers. C’est incroyable.
    En téléphonie mobile, c’est quasi la même chose. Pourquoi cela se différencierait avec l’internet mobile ? On est encore à une époque où il est possible de s’en passer donc on ne paie pas. Il arrivera un moment où, comme le reste, cela deviendra “indispensable”. J’espère que d’ici-là quelques choses aura été fait par-rapport aux prix exorbitants que nous payons actuellement.
    Cela n’a aucun sens.

Comments are closed.