Vous l’avez certainement croisé ces derniers jours si vous vous êtes connecté à votre compte Facebook. Un canular circule en ce moment sur le réseau social. Les utilisateurs sont priés de copier et coller un message pour se protéger de toute exploitation commerciale de leurs données par Facebook.

Les membres de Facebook connaissent-ils leurs droits et leurs devoirs envers le réseau social qu’ils utilisent quotidiennement? Depuis quelques jours, un canular circule sur la toile. Les membres du réseau sont priés de copier et coller un texte stipulant qu’ils ne souhaitent pas voir leurs données exploitées commercialement par Facebook…

D’après le texte en question, le membre s’engage tacitement à laisser le réseau social exploiter ses données, statuts et photos s’il ne copie pas le message sur son mur. Véritable canular d’envergure internationale, le message démontre à nouveau la crédulité des membres du réseau social, qui ignorent que Facebook se réserve déjà le droit d’exploiter toutes leurs données et de les revendre aux annonceurs de son choix.

En réalité, l’internaute se voit proposer les règles d’utilisation du réseau lorsqu’il s’inscrit sur Facebook. Celles-ci prévoient dans les termes l’exploitation des données de l’utilisateur. Une clause qui n’est soumise à aucune condition et qui implique l’accord tacite de l’utilisateur lorsqu’il s’enregistre sur le réseau social Recopier le message sur votre mur n’empêchera donc pas Facebook de revendre vos données. Efficace, le canular a déjà contaminé des milliers de murs, causant l’inquiétude de nombreux utilisateurs et l’hilarité des membres mieux informés…

On en parle sur le forum.

4 Commentaires

  1. Donc, reprenons :

    En créant votre compte, vous avez accepté les Conditions Générales d’Utilisation de Facebook. Ces conditions comprennent le droit d’utilisation des données que vous y laissez. Elle comprennent aussi une clause qui autorise Facebook à les modifier (les conditions, pas les données).

    Donc, poster un message “interdisant” l’exploitation de vos données personnelles est invalide, puisque vous avez accepté les CGU (d’où l’intérêt de lire les CGU *avant* de cliquer sur la case). Ceci est valable même si vous invoquez une loi obscure du Tadjekistan (en l’occurence, la fameuse AGBG est une loi allemande… abrogée en 2001). Même si vous invoquez la version américaine du copyright (pour ses utilisateurs européens, Facebook est soumis au droit européen via sa filiale qui est, si je ne me goure, en Irlande).

    En gros, si vous n’êtes pas d’accord avec les nouvelles CGU de Facebook, vous avez la possibilité de supprimer votre compte et tout ce qui y est associé. C’est tout.

    Bonne journée !

    • “En gros, si vous n’êtes pas d’accord avec les nouvelles CGU de Facebook, vous avez la possibilité de supprimer votre compte et tout ce qui y est associé. C’est tout.”

      Et bien pas à ma connaissance… avec Facebook, on peut désactiver son compte, pas le supprimer, et encore moins les data associées.
      C’est en substance ce que j’ai compris de l’affaire qui débute entre Max Schrems et Facebook Europe/Irlande.

  2. Bonjour,

    S’il faut commencer à lire les conditions générales de toutes les applications téléchargées, ça risque de faire beaucoup de temps perdu sans compter qu’il est probable que personne ne comprenne le quart de la moitié…

    J’avais donné une conférence en France sur l’image virtuelle et j’avais posé la question de qui avait un compte Facebook et Twitter. Environ 150 personnes ont levé la main. J’ai demandé qui a lu les conditions générales, toutes les mains se sont baissées…

    Si un service décide de jouer avec ses utilisateurs ou pire ses clients, il est tout simplement fou. L’honnêteté et la transparence sont les meilleures atout dans un business.

    Jérémy Goldyn

Comments are closed.