Quels leviers de financement pour les jeunes PME belges ?

Pour lancer une activité, la bonne idée ne suffit pas. Il faut aussi trouver des moyens pour la financer. C’est le vrai défi que rencontrent les candidats de Nest’up, l’accélérateur de start-up mis en place en Wallonie et dont Le Soir est partenaire. La plate-forme permet à une vingtaine de candidats de lancer leur projet entrepreneurial.

Mais certains d’entre eux avouent que même s’ils ont une confiance totale en leur projet, ils ne se seraient jamais embarqués dans cette aventure sans ce concours. Une des causes de cette frilosité vient de la difficulté à rassembler des investissements autour de leur projet.

1 La banque, passage obligé. Les aides existent pour les entrepreneurs qui veulent trouver des moyens de financement pour leur activité. Mais si ces aides sont « suffisantes », selon Frank Janssen, professeur d’entrepreneuriat à l’UCL, elles sont souvent mal présentées au public concerné. « Il faut presque engager un consultant pour s’y retrouver », explique-t-il.

Au-delà des soutiens venant principalement de la Région wallonne (lire ci-contre), il existe des groupes d’investisseurs comme les réseaux de « business angels », par exemple.

Néanmoins, selon le professeur d’entrepreneuriat, les emprunts auprès d’une institution bancaire restent un moyen de financement très fréquemment utilisé. Et ce, même si « la période de crise que nous connaissons rend ces emprunts plus compliqués à obtenir ».

2 Les trois « F » et l’Europe. Dernier recours, les trois F, pour « family, friend, fouls ». C’est-à-dire les financements venant soit de la famille, des amis ou encore de « fous », de personnes isolées qui croient en un projet.

Les aides européennes sont moins souvent citées comme exemple de levier financier, mais elles soutiennent 30.000 PME via la politique régionale de l’UE chaque année. Sur la période 2007-2013, 27 milliards d’euros ont été alloués pour soutenir les PME.

3 Le microcrédit. Si l’investissement est une matière qui, dans l’esprit de beaucoup, rime avec innovation, recherche et développement, on peut aussi générer une activité basée sur des principes plus modestes. Acheter un taxi pour lancer sa compagnie, investir dans un petit projet horeca… C’est dans ce type de configuration que le microfinancement intervient. « On s’adresse à des personnes qui n’ont pas accès au crédit bancaire. Notre taux est de 5 % sur les crédits à l’investissement », détaille Nathalie Denis, coordonnatrice microfinance chez Crédal. Pour l’année 2011, ce sont environ 90 crédits qui ont été accordés par l’ASBL.

4 Le crowdfunding surgit. C’est LE système de financement qui a la cote en ce moment dans le monde anglo-saxon : faire appel à un grand nombre de personnes « ordinaires » pour lancer son affaire.

Il se développe également chez nous. La maison d’édition Sandawe en témoigne. « Chez nous, on voit cela comme du mécénat », explique Patrick Pinchart, l’éditeur de Sandawe. Son projet ? « C’est comme dans une maison d’édition classique sauf que l’internaute se charge du financement et d’une partie de la promotion. »

Les projets de bandes dessinées sont soumis aux internautes sur le site de la maison d’édition.

Ces derniers choisissent ensuite les projets qu’ils veulent voir apparaître dans les rayons des magasins. « Les investissements varient entre 10 euros et 8.000 euros. Depuis notre création, nous avons déjà récolté 500.000 euros d’investissement », explique l’éditeur.

Pour suivre le parcours des finalistes du concours Nest’up, une seule adresse : www.nestup.be

Un portail wallon pour aider les entrepreneurs

Les start-up auraient-elles des difficultés à s’y retrouver parmi toutes les aides proposées par la Région wallonne ? Le site « infos-entreprises.be » a été lancé le 3 octobre pour répondre à cette problématique. De ses propres mots, la Région wallonne avoue que nombre d’entreprises continuent à manifester des difficultés à trouver et à se saisir facilement de l’information dont elles ont besoin. Ce site veut répondre à ces critiques. Il donne aux entrepreneurs « les moyens d’obtenir l’ensemble des informations institutionnelles qu’ils cherchent dans le cadre de l’exercice d’activités en Région wallonne ». En quelque sorte, une cartographie des services dédiés à la création, la gestion et au développement des entreprises en Wallonie : comment créer, financer, gérer ou encore développer son entreprise.

Le tout avec des exemples concrets, des témoignages de jeunes entrepreneurs pour illustrer les problématiques.

www.infos-entreprises.be