Yahoo : une ex-Google pour remettre l’entreprise à flot

Marissa Mayer est désormais à la tête de l’une des ex-plus grosses puissances du net. Elle a été recrutée pour prendre la direction de Yahoo, avec pour objectif de relancer l’entreprise. 

Une femme de fer

Aà 37 ans, Marissa Mayer a déjà un beau parcours derrière elle. Engagée en 1999 par Google comme ingénieure informaticienne, elle prend rapidement l’un des rôles clés au sein de l’entreprise en devenant vice-présidente produits de recherche et services aux utilisateurs chez Google. Elle gère des dossiers sensibles comme Gmail, Maps ou Images et devient l’une des têtes pensantes de la firme de Mountain View.

C’est un peu à la surprise générale que cette femme d’affaires a annoncé son départ hier, déclarant à son ex-employeur qu’elle prenait en main la destinée d’un concurrent avec effet immédiat. « Je suis honorée et ravie de diriger Yahoo, l’une des premières destinations sur Internet pour plus de 700 millions d’utilisateurs. Je me réjouis de travailler avec les employés dévoués pour apporter des produits innovants, le contenu et des expériences personnalisées pour les utilisateurs et les annonceurs du monde entier. », a-t-elle déclaré.

Une mission dangereuse

Approchée le mois dernier par Yahoo, Marissa a sans doute accepté ce poste avec l’ambition de diriger l’une des plus grandes entreprises du Web. Mais le métier n’est pas sans risque, Yahoo ayant perdu de son prestige au fil des années à travers une série de scandales et de licenciements qui lui ont fait beaucoup de mal. L’entreprise a non seulement perdu son image de conquérante mais aussi de très grosses parts de marché. Selon AllThings D, elle pourrait même céder son activité de moteur de recherche à Microsoft.

A en croire les experts, Yahoo a besoin de changer d’image, et vite. Tout comme Google, l’entreprise ne doit pas hésiter à faire le ménage dans ses services. Beaucoup évoquent le moteur de recherche mais pas uniquement. L’entreprise, qui a perdu une grosse partie de son département Recherche & Développement, n’est pas en mesure de lancer de nouveaux projets d’une ambition démesurée. Pas de Yahoo Phone, pas de tablette maison, pas d’OS non plus et encore moins de réseau social. A l’inverse, Yahoo devra miser sur ses produits qui marchent le mieux, c’est à dire sa régie publicitaire, Yahoo Mail (numéro 1 dans de nombreux pays), les partenariats (Bing, Facebook), et développer rapidement le  pôle mobile.

La lenteur décisionnelle de Yahoo devra également passer à la trappe. A l’image de Google, Marissa sera sans doute tentée de transformer Yahoo en une plate-forme moderne qui investit dans des projets parfois risqués et laisse rapidement tomber ce qui ne marche pas. Reste à présent à voir si cette future jeune maman a les reins assez solides pour endurer la pression des actionnaires, désireux de voir Yahoo retourner dans le vert…

On en parle sur le forum.