Le P2P progresse en Europe

Une nouvelle étude de la société Sandvine montre que si le P2P décroit aux Etats-Unis depuis la fermeture de Megaupload et l’élargissement de l’offre légale, il se renforce en Europe avec désormais jusqu’à 29,7% du trafic européen qui concerne le téléchargement P2P. A cela s’ajoute bien entendu les sites de téléchargement direct tels que Rapidshare. Pour Sandvine, le problème réside dans l’énorme retard de l’offre légale sur le vieux continent.

Une nouvelle étude de Sandvine confirme les nombreuses craintes émises par les analystes. Si le P2P ne tend pas à diminuer en Europe, c’est parce que l’offre légale n’est toujours pas compétitive et a surtout beaucoup de retard sur ce qu’on trouve aux Etats-Unis et même en Angleterre. Ainsi, Netflix et BBC iPlayer mènent la révolution dans les pays anglo-saxons, où le téléchargement P2P ne représente plus que 12,8% du trafic (contre 16,6 % en 2011 et 20 % en 2010). L’offre payante enregistre ainsi une augmentation de 30% de son trafic au pays de l’Oncle Sam.

« En Europe, nous observons des niveaux d’échanges de fichiers en P2P plus importants que dans le reste du monde, en partie à cause des licences géographiques qui restreignent la disponibilité des offres légales » explique l’entreprise. Le P2P y représenterait à l’heure actuelle jusqu’à 29,7% du trafic Internet. Des chiffres en augmentation d’après Sandvine, qui souligne l’importance également du téléchargement direct avec des sites comme Rapidshare qui continuent de représenter une part importante du trafic.

Dans son rapport, Sandvine accuse les médias européens d’être plusieurs années à la traine et souligne que l’arrivée d’un service comme Netflix sur le vieux continent pourrait véritablement changer la donne. Plus que jamais, le téléchargement illégal gagne donc du terrain en Europe, et ce malgré la disparition de Megaupload. La raison? Pour Sandvine tout comme pour de nombreux analystes, le public souhaite bénéficier plus rapidement et dans de meilleures conditions des mêmes privilèges que les américains. Lorsqu’une série fait le buzz aux Etats-Unis, il faut en effet attendre plusieurs mois avant d’avoir droit à une traduction dans la plupart des pays européens. Rien de surprenant dès lors à ce que le public “triche” pour ne pas avoir l’impression d’être totalement dépassé…

On en parle sur le forum.