Interpol a lancé une grosse vague d’arrestations contre les Anonymous en interpelant 25 membres du groupe en Espagne, Argentine, Colombie et Chili. L’organisation internationale semble vouloir faire quelques exemples et compte apparemment poursuivre son enquête pour arrêter les actions ciblées contre les organismes gouvernementaux.

Interpol est passé à l’action en arrêtant 25 membres présumés des Anonymous. L’organisation aurait travaillé main dans la main avec les polices locales pour arrêter 25 personnes impliquées dans les attaques ciblées de certains sites, dont celui du ministère de la défense colombien, mais aussi ceux de la librairie nationale du Chili et d’un fournisseur d’électricité. De cette manière, Interpol souhaite non seulement faire un exemple mais adresse également un message fort à la communauté : ce n’est pas parce que le net donne une impression de liberté qu’on peut tout y faire. L’organisation semble s’être lancée dans une nouvelle guerre contre un ennemi de taille, qui pourrait mener à de nouvelles situations délicates, des deux côtés.

Les membres du groupe auraient entre 17 et 40 ans et étaient à leur domicile lors de l’arrestation. 250 équipements auraient été saisis par les autorités, dans le but d’analyser les données présentes sur les ordinateurs et smartphones des Anonymous, sans doute pour procéder à davantage d’arrestations au sein du réseau.

On en parle sur le forum.

[ Source : Interpol ]