La page iPod se tourne

Technologies Le baladeur d’Apple a déjà dix ans

Flash-back. Automne 2001 : Steve Jobs présente l’iPod. Pour la première fois, l’entreprise américaine commercialise autre chose qu’un ordinateur. Elle se lance sur un marché où l’on trouve déjà de nombreux lecteurs portables MP3. Le design de l’appareil, l’utilisation d’une molette « click-wheel » associée à une interface utilisateur très conviviale et le choix de la couleur blanche vont rapidement différencier le baladeur audionumérique d’Apple et le propulser en tête des ventes. Un succès qui augmentera encore à partir du lancement de l’iTunes Music Store en 2003 et lui offrira une croissance exponentielle.

À travers son évolution technologique (écran noir et blanc puis couleur, connectivité développée, augmentation de la capacité, ouverture à la vidéo, réduction du format…) et le développement d’une gamme (iPod Classic, mini, nano, Shuffle, touch…), l’iPod s’est imposé en quelques années comme le produit électronique le plus vendu. D’autres fabricants, parfois issus du sérail de l’audio-vidéo – Creative, Philips, Samsung, SanDisk, Sony… – vont tenter de concurrencer Apple, mais sans réel succès. En juillet 2008, l’iPod représente plus de 70 % des ventes de baladeurs MP3 sur le marché américain.

Pour Sony, la pilule est particulièrement difficile à avaler : avec son image de marque associée au Walkman – dont, en trente ans, elle a vendu 220 millions d’exemplaires –, l’entreprise japonaise apparaissait la mieux placée pour continuer à dominer le marché des lecteurs musicaux portables. Mais le succès de l’iPod mettra fin à l’ère de la cassette analogique, contribuera à éliminer le MiniDisc et popularisera la dématérialisation des contenus.

Vainqueur de ses adversaires par KO, l’iPod atteindra son sommet sept ans après sa naissance, lors des trois derniers mois de 2008. Traditionnellement, la période octobre-décembre enregistre une nette hausse des ventes par rapport au reste de l’année, mais depuis ce sommet historique, la courbe est descendante. On en est revenu aujourd’hui aux chiffres de 2005.

En octobre dernier, Tim Cook, fraîchement promu à la tête d’Apple, annonçait que, en dix ans, l’entreprise avait vendu 300 millions d’iPod, dont 45 millions pour la dernière année (de juillet 2010 à juin de cette année). C’est dix millions de moins que trois ans plus tôt. De quoi susciter des interrogations : Apple pourrait-il décider de « tuer » l’iPod ?

Aujourd’hui, cette décision ne semble pas d’actualité : 45 millions d’unités sur l’année, cela représente encore des ventes de 85 unités… chaque minute. Mais la consommation mobile de musique évolue. Le disque dur – 5 GB – qui équipait l’iPod original reste aujourd’hui réservé au modèle Classic. Ce dernier, qui n’a plus vraiment évolué depuis 2007, offre actuellement une capacité maximum de 160 GB.

Désormais, pour tous les autres modèles, Apple privilégie la mémoire flash, moins fragile et plus compacte, ce qui permet de réaliser des appareils sensiblement plus petits et légers. Si le lecteur MP3 conserve des adeptes – notamment parmi les sportifs –, son principal concurrent actuel s’appelle GSM ou smartphone : la plupart des téléphones mobiles disposent aujourd’hui d’une fonction dédiée à la lecture musicale.

À commencer par l’iPhone. Histoire d’établir un lien, Apple avait initialement doté le menu de ce dernier d’une icône « iPod ». Discrètement, avec le lancement du système d’exploitation iOS 5, cette dernière est devenue « Musique ». Les fonctions sont toujours là : le nom a changé.

L’original

Doté d’une connexion FireWire (uniquement disponible alors sur Mac) et d’une molette mécanique, l’iPod original était proposé en une seule version : couleur blanche, capacité de 5 GB (une version 10 GB sortira peu après). Il coûtait l’équivalent de 400 euros.

Le Classic

Sixième génération du modèle de 2001, l’iPod Classic actuel est doté d’un écran couleur et permet l’affichage de photos et de vidéos. Son disque dur offre 160 GB de capacité. Disponible en couleur argent et en noir. Prix: 229 euros.

La famille

Depuis 2004, Apple a développé une gamme d’iPod. Elle se compose actuellement de trois modèles (en plus du Classic): shuffle (2 GB; sans écran; 49 euros), nano (8 ou 16 GB; écran couleur tactile; accéléromètre; à partir de 139 euros) et touch. Ce dernier est essentiellement un iPhone sans fonction téléphonie. Disponible en 8, 32 et 64 GB. A partir de 199 euros.

DESALLE,PHILIPPE

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.